Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 16 septembre |
Saints Corneille et Cyprien
home iconÉglise
line break icon

Un prêtre se confesse sur son expérience à l’écoute des péchés des autres

Zoe Romanowsky - Publié le 23/03/16

Entretien avec Mgr. Charles Pope à propos du sacrement de réconciliation.

Le sacrement de réconciliation a fait couler beaucoup d’encre. Mais que signifie pour un prêtre d’écouter les péchés des autres, semaine après semaine, mois après mois ? Est-ce un fardeau ? La vie spirituelle du prêtre en est-elle modifiée ?

Mgr. Charles Pope est le prêtre de l’église St-Cyprien le Saint Consolateur, à Washington. Ordonné en 1989, il exerce son ministère dans l’archidiocèse de Washington.

Aleteia : Mgr. Pope, en quoi votre manière d’écouter les confessions a évoluée depuis vos premières années de prêtrise ?

Mgr. Charles Pope : Ce qu’il faut retenir, c’est que j’ai appris à encourager les gens à aller plus loin dans leurs confessions. Souvent, ils se contentent de dire ce qu’ils ont fait ou pas fait. C’est bien, mais la vraie question est pourquoi ? Beaucoup sont frustrés parce qu’ils confessent les mêmes péchés tout le temps… mais la clé est de creuser son intérieur.

Qu’avez-vous appris de la nature humaine en écoutant les péchés des gens jour après jour ?

À être patient avec la condition humaine. J’ai remarqué que les combats des gens et leurs forces étaient étroitement liés. Par exemple, une personne s’entend bien avec tout le monde, mais ne se bat pas pour défendre ses idées, ou une autre est passionnée, mais lutte avec la chasteté.

Quelles sont les conséquences émotionnelles et psychologiques que vous ressentez après avoir écouté des confessions pendant de si nombreuses années ?

Quand une personne vient se confesser, je ressens d’abord un soulagement. Elle a entendu l’Évangile, qui l’amène à la repentance, mais aussi à l’espoir et à la grâce. Je suis heureux qu’elle soit là et je veux faire preuve de gentillesse et d’écoute.

Nous, les prêtres, nous faisons face à une écoute permanente, ce qui nous tenterait d’agir comme des pilotes automatiques. Mais notre rôle est d’essayer d’être avec la personne à « l’instant t ». C’est peut-être la trentième personne qui vient se confesser ce jour-là, mais le moment est unique pour la personne en face de vous.

Comment vous préparez-vous spirituellement pour écouter les confessions ? Et ensuite, avez-vous un rituel qui vous aide à oublier ce que vous avez entendu et passer à autre chose?

Je me confesse moi-même chaque semaine. Les prêtres doivent le faire souvent, sinon nous ne serions pas des confesseurs efficaces. Je fais aussi beaucoup de lectures spirituelles.

Je sais que le sceau de la confession est sacro-saint. N’avez-vous jamais souhaité partager ce que vous aviez entendu ?

L’interdiction ne dit pas que vous ne pouvez jamais en parler. Vous ne pouvez pas en dévoiler les détails ou donner des informations qui permettraient d’identifier une personne.

Comme je vous le disais, nous, les prêtres, nous sommes souvent sollicités et il est vraiment difficile de se rappeler ce que les gens vous disent. Après quelques années, vous ne pouvez pas vous souvenir de ce que vous avez entendu en confession. Une mauvaise mémoire, c’est une grâce que Dieu nous donne.

Écouter les confessions altère-t-il votre approche du sacrement et réciproquement?

Bien entendu. Par exemple, si je m’apprête à interrompre quelqu’un, j’essaie de me souvenir que je n’aime pas être interrompu moi-même en confession. Il y a quelque chose de puissant dans l’écoute ; elle permet à quelqu’un de décharger son fardeau. Ce que je dis en tant que confesseur est secondaire.

Quelles sont les qualités d’un grand confesseur?

Le but de la confession n’est pas de prodiguer continuellement des conseils emprunts de sagesse. En fin de compte, il s’agit d’offrir son écoute et sa compassion.

Tags:
confession

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
2
Isabelle du Ché
Les incroyables fruits de la vidéo du père Aymar avec Tibo InShap...
3
Agnès Pinard Legry
Jessie, Jestonie et Jerson, trois frères ordonnés le même jour au...
4
WEB2-SAINTE MONIQUE-GODONG-FR560945A
Anne Bernet
Comment sainte Monique se libéra de son addiction à l’alcool
5
Soeur Nulla
Marzena Devoud
Le miracle qui va faire du cardinal Wyszynski un saint
6
WEB2-Jonathan Goodall-CC BY-SA 4.0
La rédaction d'Aleteia
Un évêque anglican devient catholique « après une longue période ...
7
WEB2-OBSEQUES-BELMONDO-000_9MK748.jpg
La rédaction d'Aleteia
Document : l’homélie des obsèques de Jean-Paul Belmondo
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement