Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le témoigne émouvant d’un papa sur la trisomie 21

Partager

Cet artiste canadien a fait son mea culpa devant une caméra. Pour son fils et pour que la jeune génération ne grandisse pas dans l’ignorance…

Sa vidéo va bientôt atteindre les 2 millions de vues sur Facebook. Robb Scott, dont le fils de 7 ans est trisomique, s’en est voulu de ne pas avoir expliqué ce qu’était la trisomie 21 à un autre enfant. Cet artiste canadien a fait son mea culpa devant une caméra. Pour son fils et pour que la jeune génération ne grandisse pas dans l’ignorance de ce qu’est la trisomie 21.

Voici ce qu’il explique dans la vidéo qu’il a postée sur Facebook il y a environ 15 jours, avec ce commentaire : « C’est important pour moi de m’exprimer. Excusez mon émotion », a déclaré, en pleurs, ce papa :

« Je fais cette vidéo parce que j’ai besoin de remettre les choses à plat. J’étais dans un video-club et il y avait un père et ses deux fils qui choisissaient des films. Soudain, un des deux garçons a demandé : c’est quoi la trisomie 21 ? Il tenait en main un DVD dans lequel il y a un enfant trisomique, le film Produce* je crois, ma femme et moi l’avons vu, c’est un bon film. Je ne pense pas que son  père ait voulu être méchant : j’ai bien vu qu’il cherchait comment lui répondre avec les bons mots. Et il a dit que c’était une maladie : la maladie de ne rien savoir. J’ai hésité à intervenir mais je me suis tu. Je n’ai rien dit, je ne suis pas le genre de personne à m’incruster dans les conversations des gens. Mais en choisissant de me taire, je laisse l’ignorance progresser chez cette jeune génération. Je m’en veux, vis-à-vis de mon fils, j’aurais dû dire quelque chose. Alors maintenant, pour lui, je vais mettre les compteurs à zéro. La trisomie 21, c’est l’une des plus belles choses qui me soient arrivées dans la vie. C’est génial, c’est incroyable, c’est marrant, c’est gentil, c’est aimant, c’est doux… Les personnes trisomiques ont beaucoup de choses à nous apprendre. Ce n’est pas une maladie. Non. Ce n’est pas non plus un handicap. Si vous lisez plus lentement ou si vous courez moins vite, ce n’est pas pour autant un handicap. Le handicap n’est qu’une perception : c’est ce que j’ai appris de mon fils Turner. Nous avons tous des choses à apprendre et à enseigner. Mon fils a des choses différentes à nous enseigner. »

Produce (2014), réalisé par Chris Dowling, raconte la rencontre improbable de Calvin, père alcoolique, entraîneur de baseball, avec Produce, jeune vendeur de fruits et légumes porteur de trisomie 21.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]