Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 22 mai |
Sainte Rita (Marguerite) da Cascia
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Quel sens donner au travail lorsqu’il ne produit pas les fruits pour subvenir aux besoins de sa famille ?

vendredi-18-mars-c2a9antoine-besson-16640.jpg

Deyan Parouchev

Antoine Besson - publié le 12/03/16

Antoine Besson, rédacteur en chef d’"Asie Reportages", le magazine d’Enfants du Mékong, revient sur le rapport au labeur qu’entretiennent les ethnies pauvres d’Asie.

À l’heure où en France, une nouvelle loi sur le travail tente de répondre à la crise du chômage et fait descendre de nombreux jeunes dans la rue, je souhaiterais prendre un peu de distance avec vous et vous témoigner de ce rapport au labeur qu’entretiennent les pauvres d’Asie du Sud-Est.

Au Vietnam en janvier dernier, je m’inquiétais dans un village ethnique de ce que les familles risquaient de ne plus avoir de quoi subsister et je demandais à un homme qui se tenait là s’il ne craignait pas la famine.

Il était debout face à une terre nue. Un champ d’un hectare qui ne laissait voir que la terre rouge craquelée par la sécheresse. Il y avait planté du manioc il y a quelques mois. L’heure était à la récolte mais le manque d’eau en avait décidé autrement. Pourtant Ama’Hoa, le père de Hoa, ne dramatisait pas. “Ici, personne ne meurt de faim. Si on a besoin de manger, il suffit d’aller dans la nature.”

Ce jour là, cet homme m’a appris que la survie n’était pas la question principale. La vraie question qui se pose lorsqu’on est face à des personnes indigentes, c’est la question de l’avenir. Et l’avenir passe par le travail. Le labeur !

image002
Asie Reportages

Lorsque notre labeur ne produit pas les fruits pour subvenir aux besoins essentiels de sa famille, quel sens prend-t-il ? Quand de jeunes diplômés ne peuvent trouver de travail dans le domaine qu’ils ont étudié parce qu’ils n’ont pas suffisamment de revenus pour acheter un poste comme c’est le cas au Vietnam, quelle valeur cela donne-t-il à l’éducation et aux sacrifices que leurs parents ont consentis dans ce but ?

Chez tous ces hommes que j’ai rencontrés en prise avec des difficultés immenses, j’ai découvert un idéal et une sagesse simple et pragmatique. Le travail a un sens. Il n’est ni un droit ni un devoir, mais un moyen pour nourrir sa famille et éduquer ses enfants. Pour qu’ils puissent étudier et trouver du travail. Pour qu’à leur tour ils puissent subvenir aux besoins de leur famille et ainsi de suite.

Le travail est un cercle vertueux qui va dans le sens de la génération. Il assure la transmission. Il est ici question de racine et d’avenir. Ce que ces peuples de l’autre bout du monde savent mieux que personne, l’aurions-nous oublié ?

Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement