Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Les exercices de saint Ignace : dictés par la Sainte Vierge, recommandés par 38 Papes

Jeffrey Bruno
Partager

Et dévotion chérie de la petite Thérèse !

Rédigés par saint Ignace de Loyola en 1522, Les Exercices Spirituels, qu’il apprit de la Mère de Dieu elle-même, se font dans leur forme la plus efficace par des retraites en silence de six jours dans des maisons religieuses. Ils ont été recommandés par 38 Papes, notamment saint Pie XII qui en disait en 1948 : « Les Exercices de saint Ignace seront toujours l’un des moyens les plus efficaces pour la régénération spirituelle du monde et sa correcte ordonnance ». Ces exercices ont stimulé saint François de Sales, saint Charles Borromée, saint Vincent de Paul, Don Bosco, sainte Thérèse d’Avila, ou encore sainte Thérèse de Lisieux, pardon du peu. La bienheureuse Mère Teresa en dit en 1982 : « Les Exercices Spirituels de saint Ignace sont très beaux et très fructueux. Je les conseille à tous : ils ne sont pas réservés aux religieux ».

Lors des retraites de saint Ignace les grâces pleuvent littéralement et elles sont généralement un levier de conversion et de changement de vie. Lors de ma première retraite, j’ai passé les trois premiers jours de la semaine en grand désarroi, me prenant en pleine face la prise de conscience du nombre de mes habitudes m’éloignant gravement de Dieu. Trois jours plus tard dans le TGV du retour, je n’ai pu me débarrasser pendant mes trois heures de voyage du sourire jusqu’aux oreilles qui décorait mon visage : j’avais fait connaissance avec Jésus, enfin, à 22 ans, alors même que j’ai grandi dans une famille catholique pratiquante. Ce soulagement, cette ouverture de l’âme, cette heureuse prise de conscience vitale, est ce que ressentent toutes les personnes que j’ai rencontrées ayant fait une retraite ignacienne.

Une semaine de marathon pour l’âme

Cinq fois par jour, les prêtres donnent des conférences d’une heure sur divers thèmes. Chaque conférence est suivie de 20 minutes de méditation individuelle, chaque retraitant dans sa chambre. La méditation est composée de trois étapes : 1) Mémoire : se souvenir de ce qui a été dit ; 2) Intelligence : appliquer les enseignements à soi-même ; 3) Volonté : prise de résolutions.

La semaine se déroule en plusieurs thèmes de conférences et exercices :

  • Explication du but de la vie et des fins dernières : la sainteté. Une jolie histoire de la petite Thérèse raconte que se trouvant dans un jardin et y en contemplant les fleurs, la sainte a réalisé qu’une violette n’aurait jamais l’idée de vouloir être une rose, qu’une rose n’aurait jamais l’idée de vouloir devenir une autre fleur, et qu’il en est de même pour le chrétien, qui par son baptême est appelé à la sainteté, et qu’il ne peut être vraiment lui-même qu’en s’approchant de cet état.
  • L’enfer, le paradis, et l’éternité : Pour prendre conscience qu’après notre mort ce sera pour « toujours, toujours, jamais, jamais. » Toujours dans le même lieu, le Paradis ou l’enfer. Jamais de fin ou de changement de lieu.
  • Le défaut dominant : dispense d’une méthode pour trouver quel est notre défaut dominant, celui qui cause le plus grand nombre de nos péchés. Cela permet de déterrer le mal à sa racine.
  • Confession générale : confession de tous les péchés commis au cours de notre vie. Plusieurs méthodes sont données par les prêtres pour s’atteler à l’écriture de cette liste généralement longue : selon les périodes de notre vie, les dix commandements, les cinq sens…
  • Le discernement des esprits : comment faire face à une situation de désolation spirituelle ? Comment savoir si l’idée que l’on a derrière la tête vient du Saint Esprit ou du démon ?
  • L’élection : apprendre à faire des choix.
  • Contemplations : Une contemplation particulièrement puissante et connue (car évoquée dans les écrits de plusieurs saints), est celle des deux étendards : « Exercices spirituels, n. 137 : Ici c’est, d’un côté Jésus-Christ qui appelle tous les hommes et veut les réunir sous son étendard ; de l’autre c’est Lucifer qui les appelle sous le sien. (…) n.138 : On se représentera une vaste plaine près de Jérusalem, au milieu de laquelle se trouve Notre-Seigneur Jésus Christ, chef souverain de tous les hommes vertueux, et une autre plaine près de Babylone, où est Lucifer, le chef des ennemis ». Sous quel étendard se positionne-t-on en faisant tel ou tel choix, telle ou telle action ?

Les conférences sont toujours empreintes d’un humour et d’une simplicité toute chrétienne. Un prêtre faisant une conférence sur la descente de Jésus aux limbes évoquait Adam et Ève tout honteux dans leur coin qui n’osaient venir le voir. D’autres réveillent davantage la conscience : « Jésus est présenté à la foule : Ecce Homo. Imaginons nous au milieu de la foule, face à Jésus tel un agneau qui a été flagellé jusqu’à épuisement des bourreaux, et qui semble nous dire : “Comprendras-tu la laideur de tes péchés ? Voudras tu mettre ma mort à profit ? Voudras tu réparer avec moi ? Voudras tu me donner tes péchés ?” ».

Pour apprendre à nous détacher de nos affections désordonnées, les retraites de saint Ignace sont organisées par de très nombreuses organisations catholiques tout au long de l’année. Il est conseillé de se rapprocher d’un prêtre de votre paroisse habituelle pour connaître les adresses et les dates des retraites de saint Ignace prêchées.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]