Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Marcilhac-sur-Célé : son abbaye, son curé volant et… son film

Partager

Le joyau médiéval du Lot noue un nouveau partenariat avec le réalisateur Clément Burali et la société Tolosa Production.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Mais que se passe-t-il dans le tranquille village de Marcilhac-sur-Célé ? Il semble désormais que tout le pays, et bien au-delà , veuille tourner son regard vers celle qui était encore, il y a peu, « une belle endormie »… Des caméras de télévisions, des techniciens, des artistes, des mélomanes, des journalistes, des historiens, de jeunes bénévoles, des archéologues, des photographes, des menuisiers d’art, des architectes… Tout ce monde attiré par un unique joyau, sis dans notre belle vallée du Célé : l’abbaye millénaire de Marcilhac !
Père Guillaume Soury-Lavergne, curé

La France compte une multitude de merveilles parfois cachée au fond d’une vallée comme l’Abbaye de Marcilhac-sur-Célé. Un joyau médiéval, situé au cœur de la vallée du Célé, usé par le temps mais qui retrouve ces derniers mois une deuxième jeunesse. De nombreux bénévoles se relaient pour rebâtir cette abbaye et lui rendre son lustre d’antan. C’est en rencontrant son dynamique et jeune curé, l’abbé Guillaume Soury-Lavergne, que le réalisateur toulousain Clément Burali a souhaité lui aussi entrer dans l’aventure. Il signe ici un film remarquable sur les trésors de l’Abbaye tel son tympan, l’un des plus ancien d’Europe. Les images sont tout à fait saisissantes et traduisent parfaitement l’atmosphère du lieu : à la fois lieu de prière, autrefois habité par des moines, mais aussi lieu de retraite, calme, paisible, où il fait bon venir se ressourcer.

Ce film est un don. Il a pour objectif justement de susciter d’autres dons. Il coïncide ainsi avec le lancement officiel du mécénat à Marcilhac-sur-Célé. En effet, certains murs, des vitraux, des fresques, la toiture… sont très affectés par le temps et si rien n’est fait l’abbaye millénaire ne verra pas le siècle prochain. Pourtant, l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé ne manque pas d’atouts : située sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, au bord du Célé et dans un village préservé, elle offre un écrin de verdure propice au ressourcement intérieur. Les jeunes y trouvent aussi leur compte l’été avec les Chantiers de l’abbaye : deux mois de bénévolat adapté à leurs âges avec animations, accueil des pèlerins et des touristes, entretien de l’abbaye, baignade, canoë, prières et temps spirituels.

La récente mobilisation a permis à l’abbaye de se doter d’un orgue qui lui redonne vie et souffle. Son inauguration aura lieu le 10 avril. Ce sera une grande fête dans tout le diocèse de Cahors avec à 10 h la bénédiction de l’orgue par l’évêque, Mgr Laurent Camiade, et messe pontificale, suivi d’un apéritif offert et à 15 h un concert exceptionnel par le maestro italien Giorgio Revelli, un grand ami de l’abbaye. Chacun, venu de près ou de loin, est invité à participer. Les premières notes d’un orgue sont toujours un événement rare et émouvant. Gageons qu’à cette occasion, le réalisateur Clément Burali nous régale d’un nouveau film sur cette captivante abbaye de Marcilhac-sur-Célé !

Plus d’informations sur le nouveau site de l’abbaye

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]