Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconSpiritualité
line break icon

"La Confession, c’est bon", dixit une Grande Gueule

© Patrice Gourrier / Facebook

Sylvain Dorient - Publié le 02/03/16

Le père Patrice Gourrier, chroniqueur aux Grandes Gueules de RMC et psychologue, l'assure : la confession fait du bien à tous les niveaux…

Ne comptez pas sur le père Patrice Gourrier pour dire : « Allez vous confesser, c’est bon pour la tête ! ». Non pas que la confession soit néfaste sur le plan psychologique, bien au contraire, mais comme il le résume si bien : « Ce n’est pas d’abord psy, c’est d’abord spi ! ». Si le sacrement de réconciliation fait du bien au corps et à l’esprit, l’homme d’Église le constate quotidiennement, c’est avant tout parce qu’il fait du bien à l’âme.

« Tes péchés sont pardonnés »

« Le prêtre est un infirmier de Dieu », explique le père Gourrier. Et ce dernier voit bien que beaucoup de chrétiens prétendent se confesser directement à Dieu, sans passer par cet intermédiaire. Mais en faisant ainsi, ils ne peuvent pas entendre cette parole qui libère : « Tes péchés sont pardonnés », regrette le prêtre.

Les gens ruminent, pinaillent

Il entend dans son confessionnal des gens décortiquer leurs péchés, les analyser… Les fautes accaparent leurs esprits et peuvent les empoisonner. « La sexualité, en particulier, est un levier qui marche à tous les coups ! Les gens croient qu’ils sont impurs », témoigne le prêtre. Or il existe un moyen de rejeter toute la rumination anxieuse, selon le prêtre, être confondu par l’amour de Dieu.

Accepter le pardon

Il arrive que les personnes qui viennent se confesser manquent justement cette partie du sacrement de réconciliation : recevoir le pardon, gratuit et total. Le prêtre témoigne que l’on peut voir, dans les yeux des fidèles qui viennent se confesser, s’ils se sont pardonnés ou non. Et de même qu’une âme en paix se traduit par le bien de l’esprit et du corps, une âme tourmentée produit un effet « Nocebo ». « J’ai vu une femme refuser de se pardonner une faute qu’elle avait commise, tomber malade, et en mourir », assure le père Gourrier.

Être sauvé par un autre

Les chrétiens, même pratiquants, buttent souvent sur l’idée de voir leurs péchés réparés par un autre, et à plus forte raison par un innocent. Le père Gourrier utilise une image pour leur répondre : « Si des parents apprennent que leur enfant est malade, ils seraient prêts à prendre sur eux la maladie de leur enfant ! Dieu fait pareil… ».

Tags:
confession
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement