Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 01 décembre |
Saint Eloi
home iconActualités
line break icon

Au Pakistan, on marie les victimes chrétiennes à leurs violeurs

AFP

Sylvain Dorient - Publié le 01/03/16

Deux jeunes femmes ont été contraintes d’épouser leurs ravisseurs.

Tahira, 21 ans, et Reema Bibi, 20 ans, ont été enlevées le 2 décembre près de leur domicile à Sargodha, au Nord du Pakistan (province de Punjab). Leurs deux ravisseurs les gardent à Islamabad, la capitale, et ont contraint les chrétiennes à se marier avec eux dénonce British pakistani christians (BCPA)

La police aide les ravisseurs

Les mariages forcés sont un fléau dans le pays, dénonce l’organisation. Il y en aurait près d’un millier chaque année, selon l’agence Asianews qui dénonce l’inaction de l’administration pakistanaise. La police, en particulier, est accusée de prendre systématiquement le parti des ravisseurs. De fait, alors que Tahira était parvenue à s’échapper, son « mari » musulman a porté plainte auprès de la police, qui s’est empressée d’arrêter six membres de la famille de la jeune fille. Ils ont été relâchés grâce à la pression d’organisations non gouvernementales, mais les autorités ont ordonné à la famille de Tahira de la remettre à son « mari ». Les jeunes femmes sont aussi contraintes de se convertir à l’islam, ce qui permet de les menacer de la peine de mort si elles se rebellent.

Mariages forcés au Pakistan

Les enlèvements de chrétiennes s’inscrivent dans un contexte culturel reléguant la femme au rang de propriété de son père ou de son mari. Les jeunes filles pakistanaises musulmanes sont fréquemment vendues, pour payer une dette d’honneur, dans les régions où la tradition de la swara ou vani perdure. Cette tradition pachtoune consiste à utiliser les jeunes filles comme monnaie d’échange, elles sont données en cadeau de compensation, quand une faute a été commise, et parfois même accompagnées de chèvres, ou d’autres biens. La swara est officiellement interdite mais continue à être pratiquée et même demandée par les tribunaux locaux informels.

Tags:
Chrétiensmariages forcespakistanviol
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
WEB2-JEAN CASTEX-AFP-000_8VX2FV.jpg
Xavier Patier
Messe à 30 personnes : le mépris, ça suffit !
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement