Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Pape à Cuba : une rencontre sous le signe de l’espérance

Le pape François embarque pour Cuba le 12 février 2016 pour rencontrer le patriarche orthodoxe russe Cyrille, une première depuis le schisme de 1054 © Riccardo De Luca / Anadolu Agency / AFP
ROME, ITALY - FEBRUARY 12: Pope Francis boards a plane to Cuba, where he is scheduled to meet Russian Orthodox Patriarch Kirill, before to continue for a week-long trip to Mexico, at Rome's Fiumicino international airport on 12 February 2016.
Riccardo De Luca / Anadolu Agency
Partager

Ce vendredi 12 février au matin, le Pape est parti pour Mexico, un voyage au cours duquel il fera une escale à Cuba pour une brève rencontre avec le représentant de l'Église orthodoxe.

Le vendredi 12 février 2016, le pape François a quitté Rome par un avion qui a décollé à 8 h de l’aéroport de Fiumicino et qui devrait atterrir vers 14 h à l’aéroport de la Havane (20 h, heure italienne).

Comme rapporté par Radio Vatican, le pape François fera une escale de trois heures à Cuba avant d’arriver au Mexique, pour s’entretenir avec Cyrille, le patriarche orthodoxe russe, afin de discuter et de signer ensemble une déclaration conjointe dont chacune des six pages a été longuement négociée entre les deux Églises.

Un voyage confié à Marie

La veille de son départ, le Pape est allé se recueillir à la Basilique Sainte Marie-Majeure ce jeudi 11 février, comme il le fait habituellement avant tout voyage apostolique. Cette rencontre est des plus importantes pour une unification de l’Église, ce que le pape François a déclaré plusieurs fois profondément désirer, et le Souverain Pontife l’a confiée à Marie devant l’icône de la Vierge Salus Populi Romani.

Une rencontre longuement préparée

Si les représentants des deux Églises se rencontrent à Cuba, c’est parce qu’ils sont en terrain neutre. Les Églises catholique et orthodoxe ont en effet un passé lourd de rancunes et de désaccords qui ont divisé les chrétiens, et que le Pape et le patriarche désirent dépasser. Alexander Schipkov, l’un des plus proches collaborateurs du patriarche orthodoxe russe, l’a souligné : « C’est une rencontre symbolique à la croisée des chemins. Et quand les gens se rencontrent à la croisée des chemins, l’échange est bref, mais sincère et profond », a-t-il confié au Vatican Insider.

Cette rencontre, que le Vatican tentait d’organiser depuis des années, marque donc la possibilité d’une éclaircie que le Pape et le patriarche semblent tous deux vouloir favoriser. En effet, à la fin de l’entretien, une déclaration devrait être signée, marquant le début d’un rapprochement entre les deux Églises. Celle-ci devrait évoquer deux questions principales : les persécutions contre les chrétiens au Moyen-Orient et la défense des valeurs chrétiennes dans le monde. Une rencontre suivie de près donc, à l’issue de laquelle le Pape et toute l’Église espèrent un début pour l’unification des chrétiens, car la communauté chrétienne ne peut pas rester divisée et doit pouvoir « partager sa Profession de foi ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]