Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « On ne confesse pas en brandissant le bâton »

© HO / OSSERVATORE ROMANO / AFP
This handout picture released by the Vatican press office shows Pope Francis praying in front of the transparent coffins of St Padre Pio and Saint Leopold Mandic in St Peter's basilica on February 6, 2016 at the Vatican.
The Saints were brought to the Vatican at the request of Pope Francis as part of events to mark the ongoing Catholic Jubilee Year. / AFP / OSSERVATORE ROMANO / HO / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / OSSERVATORE ROMANO" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Partager

À la veille de l’entrée en Carême, le Saint-Père a profité d’une messe avec un millier de capucins pour rappeler à tous les confesseurs qu’ils sont eux-mêmes des pécheurs qui ne doivent pas perdre leur humilité...

Du 5 au 10 février, les corps des saints Pio de Pietrelcina et Léopold Mandic sont présentés à la vénération des fidèles dans la basilique Saint-Pierre de Rome, à la demande du pape François. Une magnifique occasion pour près d’un millier de frères capucins du monde entier de se retrouver autour de leurs reliques et célébrer ensemble le jubilé de la Miséricorde. « Soyez des hommes de pardon, de réconciliation et de paix », les a appelés avec force le Pape ce mardi matin au cours d’une messe célébrée spécialement pour eux à la basilique Saint-Pierre. « Ne trahissez jamais votre tradition de capucins », qui sont en effet reconnus comme de « grands confesseurs qui, parce qu’ils se sentent pécheurs, savent prier et donc pardonner ».

Le confessionnal, un lieu de paix et tendresse

Et savoir pardonner – cœur de l’homélie du Pape – c’est savoir ne pas être « dans la condamnation ou l’accusation » qui est « l’œuvre du diable », mais apporter à celui qui vient se confesser « réconfort, pardon et paix » pour son âme. Savoir pardonner, a insisté le Pape à l’intention de tous les confesseurs, ce n’est pas « poser tant de questions » ou « brandir le bâton » quand il arrive de ne pas pouvoir donner l’absolution, mais « pardonner ou transmettre la caresse de Dieu » qui est le propre d’un confessionnal.

Les confesseurs ne sont pas des hommes de loi, a poursuivi le Saint-Père, et « si une personne s’approche du confessionnal c’est parce qu’elle porte en elle quelque chose qui lui pèse et qu’elle souhaite enlever, mais ne sait pas comment le dire (…) elle voudrait changer, ne plus recommencer mais se sent conditionnée psychologiquement, dans sa vie ou sa situation (…) ce dont elle a besoin c’est de la douceur, de savoir que Dieu l’aime. »

Alors, à tous les confesseurs qui ne sont pas dans cet esprit-là, le Pape dit : « Ayez l’humilité de dire : “Non, je célèbre la messe ou nettoie par terre, mais je ne confesse pas car je ne sais pas le faire” ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]