Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconActualités
line break icon

Célibat des prêtres : pas de réforme dans l’air

© VINCENZO PINTO / AFP

Priests prostate themselves during a mass celebrated by Pope Benedict XVI during a priests ordination ceremony on April 29, 2012 in St Peter's basilica at the Vatican. . AFP PHOTO / VINCENZO PINTO / AFP / VINCENZO PINTO

Vatican Insider - Domenico Agasso - Andrea Tornielli - Isabelle Cousturié - Publié le 09/02/16

Pour le Saint-Siège, la crise des vocations a bien plus à voir avec la chute démographique qu’avec la crise de la pédophilie qui détériore l'image du clergé à travers le monde.

Une réforme du célibat sacerdotal n’est pas encore d’actualité pour le pape François, « du moins pas que je sache et de toute façon comment ferions-nous ? », a déclaré il y a quelques jours le cardinal Pietro Parolin, en marge d’un colloque sur « Le célibat sacerdotal, un chemin de liberté » organisé par l’université pontificale Grégorienne, à Rome. Le problème, selon le cardinal Parolin, est lié à la crise démographique mondiale. Il cite le cas des anglicans où le prêtre peut choisir de se marier s’il le veut mais où l’on enregistre le même problème vocationnel.

La pénurie des prêtres, une urgence sacramentelle

Au sujet des viri probati, terme ecclésiastique désignant les hommes mariés reconnus pour leur grande foi et donc autorisés à célébrer les sacrements dans leurs communautés, le cardinal Parolin trouve « légitime » qu’il y ait débat, mais un débat, précise-t-il, qui n’enlève rien au sens du célibat chez les prêtres.

Le secrétaire d’État pense surtout « en terme d’urgence sacramentelle », c’est-à-dire au fait qu’aujourd’hui tant de communautés sont privées de sacrements à cause d’un manque évident de prêtres, et qu’est en jeu la valeur sacramentelle de la célébration eucharistique, qui est une caractéristique de l’Église catholique.

Il s’agit donc de discuter pour trouver les moyens de surmonter cette urgence. Et là, pas de solutions immédiates : « Il faut tenir compte de toute la doctrine et de toute la tradition dans l’Église, mais certainement aussi des nouvelles réalités émergentes », a déclaré le cardinal Parolin, ajoutant : « Je crois que les discussions en sont là, c’est-à-dire trouver les moyens qui permettent à l’Église de répondre aujourd’hui aux besoins de ces communautés de fidèles privées de prêtres ».

Le célibat, une vocation libre

Le cardinal Parolin, au cours de son intervention, a souligné le caractère « avantageux » de cette « vocation au célibat » à laquelle sont appelés les prêtres de l’Église latine, affirmant qu’elle est l’occasion pour eux de vivre « une riche affectivité », « un bon cheminement personnel », et « d’exercer au mieux leur mission » qui ne veut donc pas dire « vivre sans relations profondes » mais leur donner un espace spirituel. Le célibat, a-t-il dit est « un chemin de liberté » comme dit le thème du congrès. Mais attention à ne pas céder à « des solutions hâtives » sur cette question, met-il en garde tout en reconnaissant la légitimité du débat.

Les exceptions

« L’Église catholique, rappelle le cardinal Parolin, n’a jamais imposé le célibat aux Églises orientales. Et elle a aussi permis des exceptions, au fil de son histoire, chez des pasteurs luthériens, calvinistes ou anglicans mariés. » Plus récemment, ajoute-t-il, il y a eu en 2009, le Motu proprio du pape Benoît XVI autorisant la constitution d’ordinariats dans les territoires de l’Église latine, où des ex-anglicans, ordonnés prêtres catholiques, exercent leur ministère. Et en 2014, suite à l’émigration massive de catholiques du Moyen-Orient, le décret Pontificia Praecepta de Clero Uxorato Orientali du pape François, autorisant les prêtres mariés de l’Église d’Orient à exercer dans les communautés chrétiennes de la diaspora, donc en dehors de leurs territoires traditionnels, qui avait obligé à « lever certaines interdictions », rappelle le secrétaire d’État.

Le discernement final

Donner « une valeur spirituelle » au célibat est une proposition « positive », « constructive », souligne le cardinal Parolin, dont le but est d’offrir au peuple de Dieu des pasteurs « toujours radicalement libres de tout risque de corruption et d’embourgeoisement ». Néanmoins, conclue et reconnaît le secrétaire d’État, « il est vrai que les exigences de l’évangélisation, auxquelles s’ajoutent l’histoire et la tradition multiforme de l’Eglise, laissent la porte ouverte à des débats légitimes », mais à condition que « ces débats soient motivés par l’annonce de l’Évangile et menés de manière constructive, en protégeant la beauté et la haute valeur de ce choix, le célibat, un don qui demande d’être accueilli et soigné dans une joyeuse persévérance, pour produire concrètement tous ses fruits ».

Au cours du même congrès, le cardinal Marc Ouellet, préfet de la congrégation des évêques, est intervenu en tant que membre de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice qui ont pour charisme la formation des candidats au sacerdoce, la direction des séminaires et l’aggiornamento du clergé. Rappelant lui aussi que le célibat sacerdotal « n’est pas un dogme mais une règle de vie, un don pour l’Église » qui « trouve néanmoins son fondement dans la personne du Christ ». Oui, reconnait-il, « associer une autre forme de vie, le mariage, au ministère pastoral, est concevable aussi pour l’Eglise latine », mais le discernement final sur cette possibilité, a-t-il aussitôt ajouté, revient à « l’autorité suprême de l’Église qui a préféré jusqu’à présent, pour de sérieuses raisons, maintenir le bien-fondé de la loi sur le célibat ecclésiastique obligatoire ».

Tags:
Cardinal ParolinCatholiquecélibatdiscernementlibertépretrereformesacerdoce
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement