Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mannequin, patron de boîte de nuit, animateur radio… découvrez l’incroyable (re)conversion de ce copain d’Almodovar

Partager

"Pour toucher les jeunes, il faut avoir commis les mêmes péchés qu'eux."

José Luis Rubio Willen, curé de El Carpio (Valladolid), a 69 ans et est devenu prêtre il y a neuf ans. Il a eu auparavant une autre vie : animateur de radio, chanteur dans un groupe, réalisateur de documentaires, mannequin et photographe lors de défilés de mode à Madrid, propriétaire de boîte de nuit et de magasins de surf, pionnier de la musique techno en Espagne…

Originaire de Grenade, la famille de José Luis a déménagé à Valladolid quand il était petit. Très vite, l’art a joué un grand rôle dans sa vie. « En 1967 la station de radio Cope a été lancée à Valladolid. On m’a demandé d’animer des émissions pour les jeunes et j’ai interviewé les groupes de musique en vogue à l’époque. »

Une vocation liée à la confession

Il a ensuite été propriétaire de plusieurs discothèques et a fait connaître la techno en Castille-et-León ; puis il a travaillé comme mannequin et photographe lors de défilés de mode ; il a ensuite été chanteur et a enregistré plusieurs disques avec son groupe ; il a réalisé des documentaires pour une maison de production dans laquelle il avait pour collègue Pedro Almodovar… jusqu’à ce que la cause de canonisation d’Isabelle la Catholique s’invite dans sa vie.

À l’occasion du 500e anniversaire de la mort d’Isabelle de Castille, José Luis a été invité à participer aux cérémonies d’hommage. « J’étais à l’époque comme n’importe quel jeune d’aujourd’hui, mais ma famille était très croyante et on n’oublie pas son enfance. En reprenant contact avec la religion, j’ai remarqué que je me sentais très à l’aise. »

Sa vocation a également été influencée par un crime commis à Valladolid : « Un proche de l’auteur du crime est venu me voir pour que j’aille lui parler. Il était en prison et il était tourmenté par ce qu’il avait fait. Je l’ai emmené voir un prêtre, Francisco Cerro, aujourd’hui évêque de Cáceres, il s’est confessé et s’est senti apaisé. Cela m’a fait beaucoup réfléchir à la vie, à sa gravité. »

Peu de temps après, il est entré au séminaire avec l’aide de Mgr Cerro et a reçu l’ordination sacerdotale quatre ans plus tard. Aujourd’hui, José Luis Rubio Willen est curé dans plusieurs villages où se trouvaient ses pubs et ses discothèques et où « on m’a accueilli très naturellement ».

« Pour toucher les jeunes, il faut avoir commis les mêmes péchés qu’eux »

José Luis ajoute : « Je poursuis mon travail auprès des jeunes, ceux qui sortent le soir, parce que Dieu est dans le cœur de chacun. Je connais bien ce monde de la nuit et les jeunes viennent me poser des questions. »

Il considère que les jeunes d’aujourd’hui « ressemblent à ceux d’avant, parce que la jeunesse a toujours aimé prendre des risques. Pour s’adresser à eux, il faut un corps-à-corps, une forte personnalité, un grand cœur et beaucoup de charisme. Pour les toucher, il faut avoir été jeune comme eux, avoir commis les mêmes péchés. Je ne sais pas dans quelle direction Dieu mènera l’Église, mais les laïcs doivent y jouer un rôle de plus en plus important. La famille est également un élément clé. »

Quand il regarde en arrière, José Luis reconnaît : « J’étais une vraie girouette et c’est plus tard que j’ai compris que Dieu avait prévu ce dénouement pour ma vie. Comme saint Augustin ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.