Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Le secret du succès du Nutella ? Notre-Dame de Lourdes !

© Flickr/Brian Canton/Creative Commons
Partager

En cette Journée internationale du Nutella, rappelons que son fondateur, Michele Ferrero, était un fervent catholique.

Michele Ferrero, le père du Nutella décédé le 14 février 2015, était le père du Nutella mais aussi des Mon Chéri, des Kinder, et autre Rocher, autant de produits de la société italienne, née à Albe au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, en 1946. Une société qui réalise aujourd’ui un chiffre d’affaires annuel de plus de 8 milliards d’euros, dont 1,7 milliard rien que pour « la » Nutella, comme on dit en Italie. En 2011, Michele Ferrero avait cédé la présidence du groupe à son fils Giovanni, âgé de 50 ans.

La protection de Notre-Dame de Lourdes

Michele Ferrero, l’homme le plus riche d’Italie avec une fortune estimée à 26,8 milliards de dollars, était aussi un homme de foi. Une foi solide comme le granit. Comme il l’avait déclaré lors de la commémoration du 50e anniversaire de la fondation de l’entreprise portant son nom, en 1996, « le succès de Ferrero, nous le devons à Notre-Dame de Lourdes. Sans elle, cela n’aurait pas été possible ». En fait, une statue de la Vierge est présente dans chacune des usines du groupe à travers le monde. Chaque année, Michele Ferrero se rendait en pèlerinage à Lourdes, en compagnie des cadres supérieurs de la société ; des visites au célèbre sanctuaire étant également organisées pour les employés.

Un héritage fructifié

Michele Ferrero était parvenu à bâtir un véritable empire en associant des produits de qualité à une impressionnante capacité d’innovation. « Ma seule préoccupation, avait-il déclaré à La Stampa en juin 2006, est que la société soit de plus en plus solide et forte afin de s’assurer que tout le monde travaille dans un endroit sûr ». Sous sa direction, le fabricant du Nutella, toujours contrôlé par la famille fondatrice, est devenu l’un des leaders mondiaux de la confiserie, présent dans 53 pays avec plus de 34 000 employés, 20 usines de fabrication et neuf fermes.

Le plus célèbre des confiseurs avait en fait hérité de son père pâtissier non seulement une petite entreprise mais surtout la recette d’une « supercrema » à base de noisettes et de cacao. Si le cacao était encore rationné à l’époque en Italie, la production locale de noisettes était abondante. Ajouter des noisettes à la pâte réduisait d’autant la quantité de cacao nécessaire pour fabriquer la pâte à tartiner. Michele Ferrero a finalement rebaptisé cette pâte « Nutella » en 1964. Aujourd’hui, le groupe en vend 365 000 tonnes par an.