Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Pape François : « Je viens au Mexique comme un pèlerin »

YURI CORTEZ / AFP
Workers hang banners with image of Pope Francisco along a streets of Ciudad Juarez, Chihuahua state, Mexico on February 3, 2016.
Pope Francis will visit four Mexican states on February 12 to 17. / AFP / YURI CORTEZ
Partager

Les dernières déclarations du Saint-Père ne laissent pas de place au doute quant à ses motivations à quelques jours de son déplacement sur le sol mexicain.

Le 3 février, le Pape a répondu à des questions posées par les Mexicains et relayées par l’agence de presse nationale Notimex lors d’une interview vidéo. À quelques jours de son départ (le 12 février) pour l’un des pays les plus dangereux du continent américain, il semble que le Pape soit très attendu par le peuple mexicain, très attaché à la foi catholique. Marchant sur les traces de Jean Paul II et Benoît XVI, Jorge Bergoglio ira donc visiter « les périphéries », mais davantage comme « un pèlerin », comme il a tenu à le souligner.

 « Je viens chercher la richesse de la foi que vous avez »

En effet, les Mexicains ne sont pas les seuls à attendre beaucoup de la venue du Pape, car le Saint-Père a annoncé à la surprise générale que lui-même désirait que le peuple mexicain lui « donne quelque chose ». Rassurant ses auditeurs, il a cependant précisé que ce qu’il désirait remporter avec lui au retour n’était pas du domaine de la richesse matérielle, mais du domaine de la richesse spirituelle. Rendant hommage à la foi de ce peuple, le Pape a donc inversé les rôle, se reconnaissant lui-même nécessiteux par ce premier objectif. La première étape de son voyage sera par ailleurs Mexico, où il ira se recueilllir auprès de la Vierge de Guadalupe, dans le sanctuaire qui l’abrite et que le Pape a confié avoir déjà visité deux fois, trouvant à chaque fois de la sérénité lorsque des problèmes difficiles à résoudre se posaient, car la Vierge « protège ».

Lutter contre la corruption, le trafic, la guerre, la désunion, le crime organisé et la traite des personnes

Naturellement, les Mexicains attendaient également que le Pape se positionne au sujet de tous les problèmes de violence et de corruption, très présents dans leur pays. Loin d’éluder la question, François a encouragé le pays à continuer leur lutte contre la corruption (qu’il dénonçait dernièrement), les trafics de drogue, et tout ce qui compromet particulièrement toute chance de paix au Mexique. La paix. Voilà ce que demandent les mexicains au Pape. Celui-ci les a alors encouragés à toujours refuser de s’engager dans des démarches malhonnêtes, même lorsqu’il s’agit de gagner de l’argent, expliquant que celles-ci alimentaient la guerre, et que seule la liberté pouvait promouvoir la liberté.

« Montrez-vous en tant que chrétiens »

Le Pape l’a souligné, il vient aussi et surtout pour être un « serviteur de la foi », car cette dernière doit continuer d’être vécue, ouvertement, dans tous nos lieux de vie, même s’il est vrai que l’homme connaît en ce moment une grande crise de la foi. Cette foi doit être partagée, parce que croire consiste aussi à se préoccuper de la communauté, et il est nécessaire de continuer à la répandre même si cela peut comporter des dangers. La foi est primordiale, et elle vaut le coup de risquer. Le Pape aura sans doute l’occasion de le répéter à la foule lors de son voyage qui commencera le 12 février.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]