Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconActualités
line break icon

"J'ai suivi la voie de Dieu"

Le père Albert originaire de Madagascar est aujourd'hui curé d'une paroisse sur l'île de Palawan aux Philippines © Marie-Ève Bourgois

Marie-Ève Bourgois - Publié le 04/02/16

D’origine malgache, le père Albert, qui participait au Congrès eucharistique international, est devenu curé d’une petite paroisse sur l’île de Palawan aux Philippines.

Né en 1976 à Ranohira dans le Sud de Madagascar, Albert est fils d’enseignants et l’aîné de huit enfants. « Tout le monde est encore en vie, même mes parents, grâce à Dieu. »

Devenir prêtre pour avoir une belle voiture et bien manger

Après le collège, il entre au petit séminaire diocésain de Ihosy. « Je voulais être comme celui qui sert à l’église : avoir une belle voiture, bien manger. Ma motivation était uniquement matérielle. » Au séminaire, il rencontre des jeunes des quatre coins du diocèse qui l’encouragent à poursuivre sa formation. Ses réflexions finissent par le mener à une réponse : la Société du Verbe Divin (SVD). En 1999, il l’intègre comme aspirant, conscient alors qu’être prêtre n’est pas lié à la vie matérielle mais au service. « En devenant religieux, cela me permettait de réfléchir à cette notion. Je voulais faire les vœux de chasteté, d’obéissance et de pauvreté afin de mûrir ma vie spirituelle. »

Pour son noviciat, il est envoyé au Congo où il vit pendant un an dans un cloître sans en sortir. « J’ai travaillé, prié, et appris à connaître la congrégation SVD dont la spiritualité est fondée sur la Trinité, la parole qui s’est faite chair. » Après six ans dans la congrégation, il devient officiellement frère. « Ce qui m’a poussé à être fidèle, c’est que j’avais commencé, je ne voulais pas repartir de zéro. C’est une motivation simple mais profonde aussi, car je voyais la voie de Dieu. »

« En Asie, les fidèles te donnent même ton argent de poche car ils savent que ta vie dépend d’eux »

En 2009, il est ordonné prêtre et doit quitter Madagascar pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Pendant deux ans, il attend un visa qui n’arrive jamais. « Je n’avais pas de position officielle à Madagascar, je servais un peu de doublure aux curés dans la brousse, je souffrais beaucoup. » Quand sa patience atteint ses limites, il demande une nouvelle nomination. Ce sera les Philippines. Tout juste débarqué à Manille en juin 2011, il passe trois mois à apprendre l’anglais et quatre le Tagalog, la langue locale. Sur l’île de Palawan : il est nommé vicaire puis curé d’une paroisse dans un petit village de 4600 habitants (2500 catholiques et 1500 adventistes) à la fin de l’année 2014. « Je suis maintenant très content d’être un pasteur ici. Les gens sont joyeux, ils respectent les étrangers et soutiennent beaucoup les prêtres. En Afrique, si tu es prêtre, on s’attend à ce que tu sois riche, que tu payes au restaurant. Mais ici en Asie, les fidèles te donnent même ton argent de poche car ils savent que ta vie dépend d’eux. »

Ce qui le peine en revanche, c’est le manque de formation catéchétique. Il voit par exemple, « des paroissiens qui vivent ensemble sans être mariés prendre la communion ». Les instruire est donc son principal défi. « La mission n’est jamais finie ! Jésus Christ lui-même ne l’a pas terminée et l’a laissée aux Apôtres. » La pauvreté des Philippins, et notamment tous ces jeunes qui ne peuvent étudier faute d’argent, le touche beaucoup aussi. « Ça me fait du mal, car mon rôle n’est pas seulement spirituel. Je dois aussi soutenir les fidèles dans leur vie sociale, psychologique, matérielle : c’est une grande responsabilité ! » Pour les jeunes défavorisés de son village, il essaie donc de trouver des bourses à travers deux fondations. Déjà quatre d’entre eux ont pu en bénéficier et poursuivre leurs études à Manille.

Tags:
Chrétienscongrès eucharistique internationalmadagascarPhilippinesportraitpretre
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement