Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Chine : La famille d’un prêtre officiellement « suicidé » demande une nouvelle enquête

© DR - Mep
Partager

Le père Pedro Yu a été retrouvé noyé dans une rivière de la province du Shanxi le 8 novembre dernier.

Le père Yu Heping était prêtre de l’Église catholique. Il exerçait son ministère au sein de la partie « clandestine » de l’Église et était notamment le co-fondateur du site Internet Tianzhujiao Zaixian (Catholique en ligne, en français), un site d’information catholique fondé au début des années 2000 qui était devenu l’un des plus consultés par les catholiques chinois. Son corps avait été retrouvé le 8 novembre 2015 dans la rivière Fen, un affluent du fleuve jaune, dans la province du Shanxi, à l’ouest de Pékin. Yu Heping était en voyage, et devait arriver au Liaoning (Nord) le lendemain.

La police refuse de rouvrir l’enquête

D’après le rapport d’autopsie, qu’a pu consulter la famille le 15 janvier, une large zone de saignement a été détectée sur la partie droite du cerveau du père Yu Heping, mais aucune trace de blessure n’a été détectée sur la peau et le crâne. La police n’a pas laissé la famille faire de copie du rapport, rapporte une source au sein de l’Église de Chine citée par l’agence d’information catholique Ucanews.

D’après cette source, la famille ne croit pas au suicide et estime que le rapport d’autopsie suggère que la mort aurait une autre cause. Surtout, ils trouvent très improbable le suicide de la part d’un prêtre catholique fervent. Ils s’inquiètent enfin de la disparition de l’ordinateur que le prêtre avait avec lui, un ordinateur qui permet de retracer toutes les activités de ce prêtre en lien avec beaucoup de monde au sein des communautés « clandestines » de Chine.

La police a refusé de rouvrir l’enquête, précise encore la même source. « Cela va à l’encontre des droits de la famille, et constitue un obstacle à la découverte de la vérité », estime cet ecclésiastique chinois.

Né au Shanxi, le père Yu Heping avait étudié au séminaire catholique de Baoding, un bastion de la partie « clandestine » de l’Église catholique dans le Hebei, au sud de Pékin, de 1993 à 1996. Ordonné prêtre dans le Ningxia en 2004, il était parti approfondir ses études de théologie dans des universités pontificales en Colombie (Medellin) et en Espagne (Salamanque), avant de revenir enseigner dans différents séminaires chinois.

« Personne ne peut nous empêcher de prêcher la Bonne Nouvelle de Jésus »

Dans les années 2000, le père Yu Heping avait participé à la création du site Tianzhujiao Zaixian, dont il était le webmaster jusqu’à la fermeture du site en 2003 par les autorités. Relancé sans lui et depuis Hongkong, le site continue d’informer les catholiques de Chine. Ses administrateurs mettent aussi en doute la thèse du suicide. « La police a déclaré que le père Yu s’était suicidé. Clairement, l’autopsie ne va pas dans le sens de cette affirmation », indique un communiqué du site web.

Le 30 décembre dernier, le cardinal Zen Ze-kiun, évêque émérite de Hongkong, a concélébré une messe à Hongkong avec l’évêque auxiliaire Joseph Ha Chi-shing, en mémoire du prêtre chinois. Dans le sermon, le cardinal Zen a lu des extraits d’un article non publié du père Yu Heping dans lequel ce dernier se montrait sceptique sur les pourparlers entre la Chine et le Vatican. « Nous ne pouvons pas renoncer à une vraie liberté religieuse en échange d’un accord. Nous pouvons attendre, a lu le cardinal. Mais en attendant, nous pouvons continuer à travailler calmement. Personne ne peut nous empêcher de prêcher la Bonne Nouvelle de Jésus, qui est sel et lumière », a-t-il poursuivi, citant l’article intitulé : « Le temps Lui appartient ».

Dans son sermon, le cardinal a mis en doute la fiabilité de l’enquête de police chinoise. Il a aussi affirmé que les autorités chinoises avaient interdit au père Yu Heping d’entrer en contact avec lui. « En fait, je n’ai jamais pris l’initiative de le contacter. Il ne venait que rarement me voir à Hongkong », a indiqué le cardinal.

Le cardinal Zen est lui-même ouvertement critique de la manière dont sont actuellement menées les négociations entre la Chine et le Saint-Siège, négociations qu’il a comparées avec « un dialogue avec Hérode« .

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]