Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

La foi et la fureur : les meilleurs films à voir avant les Oscars 2016

© 20th Century Fox
Partager

Parmi les nominés, Aleteia a sélectionné pour vous ceux qui sortent du lot.

Parmi les huit films nominés dans la catégorie « meilleur film », Seul sur Mars est le seul à avoir obtenu un grand succès au box-office. Une fois encore, le décalage entre le jugement d’Hollywood et les goûts du public est flagrant. D’où la question qui se pose naturellement : parmi les films nominés, quels sont ceux qui valent la peine d’être vus ?

Le premier film que l’on peut recommander sans hésitation est Seul sur Mars. L’histoire de cet astronaute échoué seul sur la planète rouge regorge de beaux moments qui plairont à tous. Le film associe un récit très prenant à une célébration des progrès de la science et de la valeur de chaque vie humaine.

Mad Max : Fury Road promet une expérience un peu plus rude : le film est essentiellement une course-poursuite en voiture filmée à la perfection, mais comporte des scènes de violence intense susceptibles de rebuter certains publics. Pour les amateurs, toutefois, la brutalité est compensée par les thèmes du désir de rédemption et du besoin d’espoir.

The Revenant offre également une expérience plutôt éprouvante : il raconte la lutte pour la survie d’un trappeur laissé pour mort après avoir été attaqué par un ours. Les thèmes spirituels y sont traités plus directement que dans Fury Road : entre les scènes d’horreur, le protagoniste s’interroge sur sa soif de vengeance. Malheureusement, les cinq dernières minutes sont ratées, au point de rendre vides de sens toutes les épreuves traversées par le héros.

Rassure-vous, la sélection pour l’Oscar du meilleur film ne parle pas que de sang, de tripes et d’exploration spatiale. Elle compte aussi de grandes comédies dramatiques dans la grande tradition de Hollywood. Le Pont des Espions de Steven Spielberg, raconte dans un style impeccable l’histoire invraisemblable mais vraie d’un modeste avocat qui fut recruté par les services américains pour négocier la libération d’un pilote espion. Malgré quelques temps morts, le film reste très plaisant à regarder, notamment grâce à Tom Hanks qui nous offre une belle performance en avocat intègre.

L’intégrité n’est certainement pas ce qui caractérise les personnages du Casse du siècle. Plongeant dans le chaos provoqué par la crise immobilière aux Etats Unis, le film, également inspiré d’une histoire vraie, suit une poignée d’individus sans scrupules déterminés à exploiter la crise pour s’enrichir. Bien que médiocre sur le plan technique, Le Casse du siècle réussit néanmoins à distraire tout en faisant réfléchir, notamment aux conséquences du capitalisme lorsqu’il ne repose que sur le désir de profit.

Pour en terminer avec les histoires vraies, mentionnons Spotlight, qui reprend l’enquête menée par le Boston Globe sur les affaires de pédophilie qui secouèrent l’archidiocèse de Boston. Si le film ne montre pas l’Église sous une lumière flatteuse, il s’attache surtout à montrer la nécessité d’un journalisme de qualité. Il peut toutefois être douloureux à regarder pour les catholiques, en nous rappelant brutalement que, si on le laisse faire, le mal peut s’insinuer jusque dans les lieux les plus saints.

Room aborde aussi les conséquences du mal, sur un plan plus personnel, en racontant l’histoire d’une jeune femme et de son fils qui, après avoir été enfermés dans une cabane pendant sept ans, réussissent à échapper à leur tortionnaire. Beaucoup moins sinistre que son sujet ne pourrait le laisser présager, et malgré des passages sombres où mère et fils doivent affronter leur traumatisme au contact du monde extérieur, le film constitue essentiellement une ode à la résilience de l’esprit humain.

Enfin, n’oublions pas Brooklyn, probablement la meilleure surprise. C’est l’histoire d’une jeune immigrante irlandaise qui débarque en Amérique dans les années 1950 à la recherche d’une vie meilleure. La façon dont est traitée l’Église, constamment montrée comme exerçant une influence positive sur la jeune femme, suffit presque à conseiller ce film. Si on ajoute à cela un personnage qui attire la sympathie et une jolie histoire d’amour, on obtient l’un des meilleurs films de l’année.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]