Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François appelle Hassan Rohani à collaborer contre le terrorisme

© ANDREW MEDICHINI / POOL / AFP
Partager

Ce mardi 26 janvier 2016, le Pape a reçu le président Iranien pour parler des rapports du Saint-Siège et de l’Iran ainsi que la place de l’Église au Moyen-Orient.

En milieu de journée, le pape François a reçu le président iranien au Vatican pour un entretien de 40 minutes dans une atmosphère cordiale, après un accueil chaleureux. Durant cet échange, deux sujets principaux ont été abordés : la question de la vie de l’Église en Iran et le rôle de l’Iran dans la recherche d’une paix durable. L’accord sur le nucléaire, signé le 14 juillet dernier, a été mentionné pour souligner l’importance qu’accorde le Saint-Siège au respect de sa mise en œuvre.

Un communiqué du Saint-Siège précise que le président iranien s’est ensuite entretenu avec le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin, accompagné de Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les Rapports avec les États. Ces entretiens, précise un communiqué du Saint-Siège, « ont permis de souligner les valeurs spirituelles communes et les bons rapports entre la République islamique d’Iran et le Saint-Siège ». Il a également été question de la vie de l’Eglise en Iran et du rôle du Saint-Siège en faveur de la dignité de la personne et de la liberté religieuse, mais également de la part que l’Iran pouvait jouer, avec d’autres pays de la région, « dans la recherche de solutions politiques aux graves problèmes affligeant le Moyen-Orient, comme la diffusion du terrorisme ou le trafic d’armes ».

Autre sujet sensible, le dialogue interreligieux, la tolérance et par dessus tout la recherche de la paix entre les différentes communautés. En Iran il y a encore un espace disponible pour un dialogue fructueux avec le monde islamique, assure le nonce apostolique à Téhéran, Mgr Leo Boccardi, en tout cas « personne ne touche aux églises, il n’y a pas de terrorisme », a-t-il ajouté après avoir accueilli le président iranien Hassan Rohani à l’aéroport de Fiumicino, aux côtés du ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni.

À la fin de l’entretien, le président iranien a demandé au Pape de prier pour lui et a remporté avec lui Laudato Si’, le cadeau du pape François. Le dialogue semble donc être permis avec l’Iran qui ouvre une porte sur le Moyen-Orient, où il « pourrait jouer un rôle positif et constructeur », d’après Radio Vatican.

La tournée européenne du président iranien semble donc fructueuse et elle semble marquer l’ouverture de ce pays. La prochaine étape sera d’ailleurs la France, où Hassan Rohani projette de renforcer la coopération économique des deux pays.

Cependant, malgré cette approche positive, il semble que tout le monde ne partage pas l’optimisme du pape François. Ainsi, une manifestation contre la peine de mort a été organisée ce matin même à Rome au moment de l’arrivée du président iranien, sans doute pour rappeler les nombreuses exécutions capitales encore permises chaque année par le gouvernement iranien.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]