Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Si tu invoques le démon, il t’en fera payer le prix

Public Domain
Partager

Le "ouija" ou le "charlie-charlie" sont des jeux très dangereux, compris ?

Le film Exorcisme au Vatican vient de sortir. Il traite de comportements démoniaques et montre de supposées possessions ou « infestations ».

Est-ce réel ? Les choses se passent-elles comme dans le film ? Lors de l’émission « Fin de semana » sur la radio espagnole COPE, le prêtre José María Muñoz Urbano, exorciste officiel du diocèse de Cordoue (Espagne), a été interviewé. Il a expliqué que l’exorcisme est toujours demandé, voire « de plus en plus ». « La crise spirituelle que nous traversons en est la principale raison. On parle de moins en moins de Dieu et de nos jours, le sujet du spiritisme est à portée de tous sur les réseaux sociaux. »

Les possessions ou infestations sont les conséquences de ce jeu dangereux avec le démon. Le prêtre explique qu’on peut facilement trouver sur Internet des informations sur les ouijas et les rituels sataniques. « Un jeune peut avoir accès à toutes ces informations et jouer avec le démon. »

Pourtant, le sujet est extrêmement sérieux : le ouija peut être dangereux : « 70% des cas de possessions ou de personnes infectées par le démon que je rencontre sont dus à des jeux avec le ouija », explique le prêtre qui ajoute que c’est très souvent la curiosité qui pousse à jouer : « On veut essayer de parler avec un mort… On joue et ensuite des choses étranges surviennent dans la maison ou des personnes commencent soudainement à se sentir mal ou certaines choses ne fonctionnent plus ».

Le prêtre ajoute très sérieusement : « Quand on appelle le démon, il vient ensuite nous en faire payer le prix ». Il indique que le premier travail de l’exorciste est de « placer la personne dans la grâce de Dieu ». « Cela n’a rien à voir avec la magie. Pour que Dieu puisse guérir cette personne et expulser les démons, il faut qu’elle soit proche de Dieu. »

José María Muñoz Urbano explique que la mode du ouija ou de Charlie-Charlie et ces films font que beaucoup de personnes s’y intéressent par curiosité sans penser aux conséquences ultérieures. Cependant, pour déterminer un cas de possession ou d’action démoniaque, il suggère trois critères : d’abord se tourner vers un prêtre de sa connaissance, consulter ensuite un psychologue et recourir à un exorciste en dernier ressort si l’homme d’Église ou l’homme de science n’ont rien détecté d’étrange. « Certains voient des démons là où il n’y a que des problèmes humains », conclut l’exorciste officiel de Cordoue. Mais pas tous.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]