Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Menacée d’interdiction de culte, la chapelle Saint-Roch dans l’Ariège fait appel à la générosité des fidèles

La chapelle Saint-Roch dans l'Ariège, menacée de fermeture, fait appel à la générosité des fidèles
La chapelle Saint-Roch dans l'Ariège, menacée de fermeture, fait appel à la générosité des fidèles © Public Domain
La chapelle Saint-Roch dans l'Ariège, menacée de fermeture, fait appel à la générosité des fidèles
Partager

Le curé de ce lieu de ferveur populaire, très abîmé, organise une levée de fonds pour le sauver.

« Les églises de France en danger », c’est la tribune publiée par Adrien Goetz, historien et écrivain français, dans Le Figaro du 17 janvier 2016. Entre l’incendie de l’église Saint-Louis de Fontainebleau, celui de l’église de Veneux-les-Sablons (Seine-et-Marne) et celui de Saint-Nicolas à Nantes, la liste est longue des monuments chrétiens détruits en ce début d’année.

En parallèle de ces événements dramatiques, une plateforme de crowdfunding chrétien, nommée CredoFunding, multiplie les initiatives de levées de fonds pour préserver des monuments historiques, rénover chapelles et prieurés. C’est le cas, notamment, de la chapelle Saint-Roch de Laroques d’Olmes (Ariège).

La chapelle Saint-Roch de Laroque d’Olmes, une belle histoire de ferveur populaire

Au milieu du XIVe siècle, une épidémie de peste sévissait en France. Après avoir prié Saint-Roch, les fidèles ont été épargnés par le fléau. Pour remercier leur intercesseur, ils ont construit cette chapelle. Depuis, et encore aujourd’hui, la chapelle  Saint-Roch accueille tous les ans un pèlerinage de dévotion au saint.

Un édifice maintes fois détruit mais toujours restauré par les fidèles

Plusieurs fois abîmée, la chapelle Saint-Roch a pu être restaurée à chaque fois grâce aux dons faits par les pélerins. Dévastée et profanée par les guerres de religion de 1510 à 1610, elle a été rénovée grâce à la générosité populaire. Puis, au XIXe siècle, son état s’est à nouveau délabré, alertant le curé de l’époque, l’abbé U. Joffre. Celui-ci écrivait, en 1870, dans le registre paroissial : « À mon arrivée dans la paroisse, cette chapelle était dans un tel état de délabrement, que j’éprouvais de la répugnance à y célébrer les saints mystères ». Très vite, ses paroissiens lui proposèrent de faire un appel aux dons, ce qui lui permit de refaire la toiture. En 1970, à nouveau, le curé de l’époque, l’abbé F. Tourrou, fit appel aux fidèles pour entreprendre une rénovation intérieure.

Une chapelle qui risque aujourd’hui l’interdiction de culte

Aujourd’hui, à nouveau, la chapelle Saint-Roch est en très mauvais état. Elle pourrait être interdite au culte si un de ses murs n’était pas refait, ainsi que son clocheton. Pour les paroissiens, une telle décision serait dramatique au regard des efforts passés pour restaurer ce lieu de pélerinage. Pour éviter cette échéance, le curé a mis en place une levée de fonds sur le site CredoFunding pour récolter 11 400 euros et faire les travaux nécessaires. Une intiative qui pourrait attirer les donations des fidèles et amoureux du patrimoine religieux.

Pour aider à rénover la chapelle Saint-Roch d’Olmes en Ariège, c’est ici ! 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]