Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 14 août |
Saint Maximilien Kolbe
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Cologne, le sale réveillon

GERMANY-EUROPE-MIGRANTS

Photo prise le 1er janvier 2016 au cours de l'arrestation d'un homme à Cologne. Plus de 1 000 personnes sont ainsi soupçonnées d'avoir agressé plus d'une centaine de jeunes femmes pendant la nuit du réveillon du nouvel an © MARKUS BOEHM/AFP

Marc Eynaud - publié le 06/01/16 - mis à jour le 10/02/22

Le scénario sordide de la nuit de la Saint-Sylvestre dans cette sage et tranquille ville allemande d'un million d'habitants est ahurissant.

« Il s’agit d’une nouvelle forme de criminalité organisée, il va falloir qu’on réfléchisse, qu’on pense aux moyens à mettre en œuvre pour y faire face. » Le désarroi de Heiko Mass, ministre de la Justice allemande est palpable.

Les faits

Des actes de viols et d’agressions sexuelles imputables à environ « mille personnes » ont été commis sur des dizaines de jeunes filles. La liste des suspects est sans appel : tous des jeunes de 18 à 35 ans d’apparence nord-africaine. La plupart sont des « demandeurs d’asiles possédant des titres de séjours » d’après le chef de la police locale Wolfgang Abers. Pour l’instant, une centaine de plaintes auraient été enregistrées et impliqueraient ces gens qui auraient opéré ivres par groupe de 20 ou 30 individus.

La réaction polémique de la maire

Henriette Reker, édile de la cité westphalienne a lourdement insisté sur les mesures de prévention. Elle a aussi fait référence au comportement des jeunes femmes qui doit être « mieux adapté ». Elle souhaite même l’élaboration d’un « code de conduite ». La maire n’a fait aucune allusion aux origines et à la nature des agresseurs alors que l’Allemagne a accueilli près d’un million de migrants et fait face par la même occasion à une explosion du nombre de viols et d’agressions sexuelles.

« Nous n’avons aucun indice montrant qu’il puisse s’agir de réfugiés séjournant à Cologne ou dans les environs », a insisté Henriette Reker, contredisant ainsi Wolfgang Abers et jugeant l’amalgame « inadmissible ». Suite à ces événements entre 200 et 300 personnes se sont rassemblées le soir du 5 janvier par solidarité envers les victimes. L’ancienne présidente des Verts allemands a pour sa part rappeler qu’ « on ne peut pas dire : “Cela est typique de l’Afrique du Nord” ou “Cela est typique des réfugiés” ».

L’indignation

Le tollé sur ces déclarations concernant « le code de conduite » des femmes a enflammé la toile, politiques et internautes ont tiré à boulets rouges fustigeant une inversion des rôles, voire une culpabilisation des victimes. Force est de constater que les autorités allemandes n’étaient pas prêtes et que dorénavant les jeunes Colonaises devront sortir dans la rue accompagnées de leurs maris ou d’un chaperon. C’est aussi cela le Progrès.

Tags:
Abus sexuelscolognemigrantnouvel anréveillonviol
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement