Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Coalition « anti-terroriste » de l’Arabie saoudite : il faut s’attendre à un regain de violence au Moyen-Orient

Des soldats américains et saoudiens s'entraînent ensemble près de Tabuk (Arabie saoudite) © SGT. HARLEY JELIS CC
U.S. and Saudi Arabian forces conduct a closing ceremony for Exercise Friendship and Iron Hawk 14 on April 14th, 2014, near Tabuk, Saudi Arabia.

Iron Hawk and Friendship 14 involved U.S. Army forces from the 42nd CAB, New York Army National Guard, and 2nd Brigade Combat Team, 4th Infantry Division, and Saudi Arabian ground and aviation forces. Over weeks of practice the two militaries focused on improving their joint operating capabilities, integrating infantry, armor, and aviation assets from both countries in the final event on April 13th, 2014.

The 42nd CAB, composed of National Guardsmen from New York, Michigan, Delaware, Indiana, and Kentucky, and soldiers from 1st Cavalry Division, Fort Hood, Texas, is currently deployed to Kuwait in support of Operation Enduring Freedom, and conducts joint partnerships and exchanges with nations from across the region. (N.Y. Army National Guard photo by Sgt. Harley Jelis/Released)
Partager

Aucun expert ne saurait légitimement prendre cette opération de marketing au sérieux.

En tant que créancier d’un certain nombre d’États d’Afrique et du Moyen-Orient, l’Arabie saoudite n’a eu aucun mal à  rassembler une coalition hétéroclite de 34 États visant à lui donner le rôle illusoire de leader de la lutte anti-terroriste.

Aucun expert ne prend cette opération de marketing au sérieux : d’un point de vue géopolitique, l’Arabie saoudite associée à la Turquie se présente bien aujourd’hui comme le principal soutien financier du terrorisme islamique. D’un point de vue culturel, le désert d’Arabie saoudite fabrique des prophètes depuis des siècles. Aujourd’hui, il les exporte. L’État islamique ne pourra être défait que par ses opposants irréductibles : l’Iran, la Syrie et la Russie. La coalition islamique n’y changera donc rien. Cette opération de communication est peut-être destinée à amoindrir les scrupules des puissances qui fournissent à l’Arabie saoudite des armes de haute technologie.

Mais cette annonce témoigne surtout d’un repositionnement diplomatique. L’alliance solide nouée avec les États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale s’est aujourd’hui défaite. La preuve en est que l’Arabie saoudite casse le prix du pétrole afin de rendre non-rentable l’exploitation du gaz de schiste américain. Or l’Arabie saoudite était courtisée depuis plusieurs mois par la Russie afin d’adopter une attitude plus neutre vis à vis de l’État islamique. Aujourd’hui, l’annonce d’une coalition islamique montre que les efforts diplomatiques russes n’ont pas abouti. Il faut donc s’attendre à un regain de violence au Moyen-Orient. 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Le Top de Thomas Flichy de la Neuville
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
  2. Thomas Flichy de la Neuville
    Iran : beaucoup de bruit pour rien
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]