Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’Avent est précisément ce dont nous autres pécheurs, avons bien besoin !

© Antoine Mekary / Aleteia
Partager

Ceux d’entre nous qui ne sont pas encore prêts à abandonner leurs idoles ont encore un peu de temps pour y parvenir avant Noël.

Le temps de l’Avent est arrivé et personne ne semble s’en soucier… il va falloir s’y mettre. Peut-être que la surprise qui nous attend à l’issue de l’Avent ne vous surprend plus autant qu’elle le devrait. Pourtant l’Avent nous emporte vers la surprise la plus étonnante que la race humaine ait jamais connue : les célébrations de Noël, l’Incarnation de notre Seigneur. Le Christ, fils unique de Dieu, s’est incarné. Il est né de la Vierge Marie. Il s’est fait homme tout comme nous.

Quoi de plus surprenant, de plus improbable que ce Dieu Très-Saint et parfait qui choisit de revêtir la nature humaine avec ses limites et le poids de ses pêchés ? C’est pourtant bien ce qu’il a fait, en la personne de Jésus de Nazareth. Quelle surprise ! Est-ce une surprise plaisante ? Attendez donc un peu avant de répondre. Écoutez d’abord ce que j’ai à vous dire…

Lorsque le Fils de Dieu s’est fait homme, il n’a pas choisi d’être un simple invité mais bien un résident permanent de la vie humaine. Lors de l’Incarnation, Jésus est devenu pour toujours la mesure et l’objectif de la condition humaine. Depuis, tous les actes et toutes les paroles des hommes peuvent et doivent se conformer au Christ.

En d’autres termes, cette surprise potentiellement désagréable que l’Avent nous réserve c’est que nous n’avons plus le dernier mot sur ce qu’être un humain signifie. En conséquence de l’Incarnation, la sagesse humaine ne peut être sagesse humaine que si elle est en adéquation avec l’œuvre et les intentions de Jésus Christ envers l’humanité. Ce que nous célébrons à Noël, c’est le fait que le Christ soit venu parmi nous, pas en tant que simple invité mais en tant que Sauveur et Souverain. L’Avent nous rappelle que nous devons nous préparer à recevoir ce cadeau, tout à la fois formidable et exigeant.

Jésus est venu pour nous purifier de notre méchanceté et nous préparer à la vie éternelle, en harmonie avec l’Amour infini de Dieu. Cela signifie qu’égoïsme, haine et animosité ne sont plus tolérés. Si vous et moi sommes prêts dès aujourd’hui à renoncer pour de bon à nos attaches et désirs malsains et à jeter à terre nos idoles, alors d’accord, passons l’Avent en accéléré et retrouvons-nous directement à Noël. Célébrons tous ensemble l’Incarnation, cadeau inattendu de ce Dieu-Homme qui est venu à nous et s’est refusé à partir.

Mais si comme moi vous oscillez entre la commodité du pêché et le désir de faire le bien, alors l’Avent est le temps de la miséricorde. L’Avent nous rappelle une vérité qui dérange : seuls les êtres purs peuvent rencontrer Dieu. Le Fils de Dieu s’est raccordé à la nature humaine afin que nous soyons éternellement unis à la nature divine. Cette pénible vérité, c’est que nous sommes appelés à une gloire éternelle que nous sommes libres d’accepter ou de rejeter. Et quoi qu’il arrive, Dieu approuvera l’un ou l’autre de nos choix.

Vivons ce temps de l’Avent en tant que voyageurs ayant une décision à prendre. Nous sommes des pèlerins qui traversons une vie finie pour atteindre la vie éternelle. Laissons de côté tout ce qui risquera de nous dévier de notre route ou nous ralentir. Chacun d’entre nous a sa propre liste de bêtises et d’illusions dont nous devons nous débarrasser afin d’être prêts à recevoir la grâce de Noël. Avant Noël, faites à Dieu, à vous-même et à autrui la promesse que pendant cette période de l’Avent vous commettrez un acte de charité, que vous identifierez et renoncerez à une habitude honteuse ou que vous irez vous confesser. Si vous faites cela, alors il est probable que la joie de Noël prendra racine dans votre cœur.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]