Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 05 mars |
Saint Jean-Joseph de la Croix
home iconTribunes
line break icon

Tolkien contre l’État islamique

© Public Domain

Monseigneur Andréa Lonardo - Publié le 08/12/15

Et si la radicalité de vie de l'auteur du "Seigneur des anneaux" était plus efficace que les bombes à guidage laser ?

Tout ce qui est « modéré », par définition, est bien loin d’être palpitant. Nous avons tendance à oublier que les jeunes ne réclament pas simplement de la « modération » mais qu’ils aspirent plutôt à donner leur vie pour une raison valable : l’offrir pour une cause, un idéal, un être, un enfant, etc.

Mieux encore, certains sont même prêts à donner leur vie pour de nombreux enfants, à une époque où la dénatalité devient le symptôme patent d’une « modération » toute mortifère.

J.R.R. Tolkien a connu 55 ans de bonheur dans le mariage. Qu’est-ce que Tolkien a fait que ne font pas tant de couples ? Comment s’y est-il pris ? La réponse est simple : il avait compris que l’amour réel implique le renoncement de soi-même. Les jeunes veulent être « radicaux ». Trêve de modération : ils veulent de la radicalité et faute de radicalité ils sombrent par excès dans le radicalisme.

Voilà où se situent les limites d’un islam « modéré » c’est à dire impuissant. Tant que cet islam là se cantonnera à des affirmations telles que « not in my name » (pas en mon nom) et s’interdira de se jeter corps et âme dans une lutte contre les injustices profondes qui sévissent dans de nombreux pays musulmans, à commencer par l’Arabie saoudite, pays qui garrotte les perspectives les plus élémentaires d’une vie libre, rien ne changera.

Un islam modéré qui ne s’implique pas, avec toute son énergie, en faveur de l’épanouissement d’une spiritualité annonciatrice de liberté et d’amour envers Dieu ne peut pas aller bien loin. Un islam n’exigeant pas une véritable « révolution culturelle » et éducative, qui reconnaîtrait les violences perpétrées par le passé à l’encontre de tant de peuples et qui invoquerait un virage de bonté vis-à-vis de son passé ne peut pas obtenir de fruits durables.

De la même manière, demeureront résolument vains une laïcité et un christianisme européens qui ne renoueraient pas avec la radicalité et la passion qui les ont caractérisés. Si tout ce que nous proposons aux enfants des deuxième, troisième et quatrième générations d’immigrés se réduit au dernier iPhone, à quelques jours de vacances sympas et aux sorties du samedi soir, jamais, ô grand jamais, l’Europe ne pourra venir à bout du radicalisme de la terreur.

Si nous voulons appréhender une religion, nous devons comprendre la manière dont elle est vécue par ceux qui la pratiquent de manière radicale. Nous devons mesurer les choix d’un chrétien vivant radicalement sa religion à l’aune de ceux d’un musulman vivant tout aussi radicalement la sienne afin de bien décoder le christianisme et l’islam. Nous n’avons que faire des entre-deux.

La question de la radicalité tourmente aussi celui qui se déclare « laïc ». Mais qui peut se targuer de savoir précisément ce qu’est l’idéal dans un monde où la consommation règne en maître ? Ce qu’est la passion pour la justice et pour la lutte contre la pauvreté, ce qu’est l’engagement envers celui qui est dans le besoin, ce qu’est l’élan grâce auquel tes amis et toi-même deviendront un jour pères et mères, donneront la vie, comme l’ont fait toutes les générations avant nous ? Qui sait vraiment ce qu’est une révolution intérieure ? Qui sait ce que signifie vivre pour quelqu’un de plus grand que soi et ne pas vivre pour soi-même ?

Le monde a besoin de radicalité. Le cœur des islamistes ne sera conquis que par des saints et des prophètes qui choisiront de s’offrir au nom de la vie et de Dieu : par un unique et véritable don de soi.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
2
La rédaction d'Aleteia
Attention, ces saints vont prendre vie sous vos yeux !
3
LIBBY OSGOOD
Sandra Ferrer
Libby, la scientifique de haut-vol de la NASA devenue religieuse
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
6
Marzena Devoud
Mon coach du carême : pratiquer le jeûne avec Antoine le Grand (2...
7
Rachel Molinatti
Entre deux livraisons, il fait un coucou à sa maman du Ciel
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement