Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Fête de l’Immaculée Conception : et si Marie nous parlait ?

Partager

Sur son blogue, Jacques Gauthier fait parler la Sainte Vierge et imagine ce qu’elle pourrait nous dire aujourd’hui.

Le 8 décembre 1854, le pape Pie IX définit le dogme de l’Immaculée Conception. Le 25 mars 1858, jour de l’Annonciation, Marie apparaît sous ce vocable à Lourdes, quand elle révèle son nom en patois à Bernadette Soubirous : « Que soy era Immaculata Councepciou ». J’imagine ce que la Vierge Marie pourrait nous dire aujourd’hui.

Réjouis-toi, Comblée de grâce !

Me saluer comme Marie, « la comblée de grâce », c’est honorer Jésus, le fruit béni de mes entrailles. Qui vient à moi trouve Jésus. Nous sommes inséparables pour faire corps à la lumière, pour mener à terme l’œuvre du Père. Je L’ai au cœur pour Le donner à tous et pour enfanter avec lui un monde nouveau. Et cet enfantement n’est pas terminé, puisque mon Fils ne cesse pas d’être Dieu pour nous, comme je n’arrête pas d’être Mère pour Lui et les hommes, depuis qu’Il m’a donnée à Jean au pied de la Croix.

J’ai été préparée à cette mission de maternité divine par pure Miséricorde du Père. Il m’a choisie avant la fondation du monde pour que je sois sainte, immaculée devant Lui, dans l’amour. Mon âme est apparue neuve et sans tache, enveloppée du manteau de l’innocence, telle que Dieu la pensa dans son Amour éternel. Je suis la nouvelle Ève pour être la demeure virginale du nouvel Adam. À ce titre, j’ai été préservée du péché, de l’égoïsme, de l’orgueil, par une grâce venant déjà de la mort de mon Fils, le Verbe de vie. J’ai accueilli dans la foi ce projet du Père, donnant un corps au Fils bien aimé, mon petit entre mes bras, que j’ai allaité, bercé, consolé. Qui peut comprendre un tel amour ? Qu’il est grand le mystère de la foi ! Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]