Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

COP21 : « La jeunesse japonaise tient les clés de l’écologie »

© TOHO
Partager

Le nonce apostolique au Japon, Mgr Joseph Chennoth, appelle les jeunes de l'archipel à se retrousser les manches.

Parmi les pays industrialisés, le Japon était considéré comme « un bon élève » en matière d’émission de gaz à effet de serre. Jusqu’à l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima, en 2011. À partir de cette date, il a progressivement fermé toutes ses centrales nucléaires… En 2013, plus une seule n’était en activité ! Mais les énergies fossiles, et en particulier le charbon, soit la forme d’énergie la plus polluante qui soit, a remplacé l’atome… Pour des conséquences sur l’atmosphère assez peu compatible avec les attentes de la COP21.

Retour timide au nucléaire

Les objectifs affichés par le Japon pour sa réduction des gaz à effet de serre s’en ressentent logiquement. Le Premier ministre nippon a dévoilé un objectif timide de réduction de 26% de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, par rapport à 2013… cette dernière étant la pire année en terme d’émissions pour le Japon ! Mais alors même que 25 centrales à charbon seraient en construction dans le pays selon Novethic, une seule centrale nucléaire a été rouverte au mois d’août 2015 sous les sifflets d’une opinion publique durablement traumatisée par l’énergie nucléaire.

Atome ou charbon ?

L’alternative présentée au Japon a de quoi faire frémir : soit polluer son atmosphère au charbon, soit s’en remettre à l’énergie nucléaire, dans le pays d’Hiroshima, de Nagasaki et de Fukushima. Le nonce apostolique au Japon, Mgr Joseph Chennoth a peut-être le début de la solution : s’en remettre à la vitalité de la jeunesse japonaise !

Énergie renouvelée

Cité par Asianews, Mgr Chennoth voit comme une priorité « d’avertir la jeunesse de l’importance des questions écologiques. Les jeunes gens sont ceux qui doivent être le mieux avertis de ces enjeux ; ce sont eux qui peuvent changer les choses ». Le Japon a une tradition d’écologie qui ne tient pas seulement du folklore : des estampes aux mangas, les japonais célèbrent la nature. Mais 24% de leur production d’électricité est assurée par des sources d’énergies renouvelables, contre 16% en France, par exemple. Il dispose d’une jeunesse au niveau d’éducation excellent, et pourrait donc trouver les forces vives qui lui permettraient de surmonter ses contradictions… À condition de ne pas s’effondrer, avertit Mgr Chennoth

Contre l’effondrement démographique

L’indice de fécondité de 1,39 place le pays devant le risque d’un bouleversement de son économie, grevée par le plus fort taux d’endettement du monde. Face à ces perspectives, le gouvernement fait son possible pour favoriser les naissances. Une action saluée par Mgr Chennoth qui enjoint l’Église catholique japonaise à montrer « la même vigueur, le même enthousiasme, que les martyrs et les chrétiens cachés japonais, qui pendant plus de 200 ans ont conservé leur foi en dépit des persécutions. Nous devons partir de ces ancêtres pour nous renouveler ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]