Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Charles de Foucauld, frère universel (1/2)

Partager

L'Église fait aujourd'hui mémoire du religieux assassiné le 1er décembre 1916 devant son ermitage du Sahara en Algérie, et béatifié à Rome le 13 novembre 2005 par Benoît XVI.

Différentes fraternités, associations et amis du Bienheureux Charles de Foucauld prévoient plusieurs activités à l’occasion du centenaire de sa mort qui se déroule de novembre 2015 à décembre 2016.

Cet homme en quête d’absolu a été soldat, géographe, moine trappiste, linguiste, prêtre ermite, homme de prière. Il aura tenté la grande aventure de la sainteté et de la prière. Son père spirituel, l’abbé Huvelin, disait de lui : « Il fait de la religion un amour ». L’appel du désert sera toujours très fort en lui. Il deviendra le frère universel, établissant des ponts avec les musulmans, qu’il considérait comme ses amis.

Chercher Dieu

Né à Strasbourg le 15 septembre 1858, Charles de Foucauld se convertit à l’âge de 28 ans, après une jeunesse dissolue. Militaire en Afrique du Nord, il a été marqué par la foi et la prière des musulmans. Il cherchait la vérité, il l’a trouvée en se confessant à l’abbé Huvelin qui deviendra son conseiller spirituel. Il décide alors de ne vivre que pour Jésus, qu’il appellera son « Bien-Aimé Frère et Seigneur Jésus », l’indiquant jusque dans son nom : Frère Charles de Jésus. Ces deux mots Jesus Caritas figurent dans ses nombreux écrits comme un programme de vie.

Le jeune homme avait eu dans le passé deux liaisons féminines, dont un projet de mariage avec une protestante. Désormais, Dieu sera l’horizon de son désir. Il Le cherche dans les monastères et se rend même en Palestine. À son retour, il entre chez les trappistes en 1890 pour être encore plus uni à Jésus. Mais une autre vocation se dessine en lui : être moine et ermite en Terre Sainte. Avec l’accord de l’abbé Huvelin, il devient domestique en 1897 auprès des Clarisses de Nazareth et de Jérusalem. Il rédige des méditations qui feront 3 000 pages en trois ans. Il veut crier l’Évangile par sa vie. La supérieure des Clarisses l’encourage à devenir prêtre et à fonder un ordre religieux. Ordonné prêtre à Viviers en 1901, à l’âge de 42 ans, il part pour le désert du Sahara comme ermite missionnaire.

Vouloir aimer

Arrivé en Algérie, Frère Charles s’installe à Béni-Abbès. Il construit une chapelle, rend service, étudie, prie. Il coud sur ses vêtements un cœur surmonté d’une croix qui deviendra célèbre à travers le monde. Plus tard, il se rend à Tamanrasset pour vivre parmi les Touaregs, écrivant un lexique touareg-français. Il est remarqué par sa grande charité ; on le surnomme le « frère universel ». Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]