Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 16 avril |
Saint Benoît-Joseph Labre
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

La France achète-t-elle du pétrole à Daesh ?

FRANCE-GOVERNMENT-ATTACKS

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Jean-Frederic Poisson, French right-wing Les Republicains party MP and chairperson of the Christian Democratic (PCD) party, addresses French lawmakers during a debate on a measure that would extend a state of emergency declared by the French president until the end of February, at the National Assembly in Paris on November 19, 2015. A state of emergency was declared across the country after the terrorist attacks of November 13 that left 129 people dead and 350 injured. AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT / AFP / FRANCOIS GUILLOT

Sylvain Dorient - publié le 25/11/15

Le député des Yvelines Jean-Frédéric Poisson souhaite qu’une commission d’enquête soit montée pour clarifier le financement de l’État islamique. Une pétition est mise en ligne pour soutenir sa proposition.

“Il faut lever tout soupçon”, assure Jean-Frédéric Poisson à Aleteia. “Les Français ont le droit de savoir si certaines grandes firmes nationales participent au financement de l’État islamique” (Daesh en arabe, ndr). Le 23 mai 2015, l’ambassadrice de l’Union européenne en Irak, Jana Hybaskova, affirmait en effet que “des pays européens finançaient indirectement l’organisation terroriste en achetant son pétrole”. Le député Poisson a donc déposé une proposition de résolution demandant la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le financement de Daesh.

Une commission pour mettre les choses au clair

Ce type de commission traite de cas graves, comme l’affaire d’Outreau ou la canicule de 2003 par exemple. La commission demandée par M. Poisson aurait pour fonction de déterminer si des entreprises nationales achètent du pétrole à Daesh. Le député des Yvelines précise que “rien n’interdit” d’amender cette commission pour qu’elle se penche aussi sur la question du trafic de coton ou d’antiquités en provenance de l’État islamique. Elle pourrait aussi s’interroger sur les relations d’entreprises françaises avec d’autres groupes de rebelles syriens comme al-Nosra.

Réticences socialistes

La proposition du député est soutenue par la majorité du parti Les Républicains. En revanche, aucun de ses homologues socialistes ne la soutient, et Élisabeth Guigou, présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, chargée de se prononcer sur l’opportunité de créer une telle commission d’enquête, a déjà fait savoir qu’elle s’y opposerait.

“Mais les lignes peuvent bouger”, assure Jean-Frédéric Poisson. Le sujet est grave, et les attentats du 13 novembre à Paris lui donnent une dimension toute particulière. Déjà en mai 2015, le député voulait s’assurer que “pas une goutte de sang de chrétien d’Orient ne coule à cause de la France”, maintenant il pourrait ajouter qu’il faut vérifier que “pas une goutte de sang français ne coule à cause de la France”.

Soutien par pétition

La proposition de résolution est inscrite à l’ordre du jour des débats à l’Assemblée nationale le jeudi 3 décembre prochain, elle sera alors soumise au vote des députés. Afin de soutenir cette proposition, une pétition a été mise en ligne.

Tags:
Assemblée nationaleBien communChrétiens d'OrientÉtat islamiquejean-frédéric poissonPolitique
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour




Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement