Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Le Jubilé de la miséricorde s’impose après les attentats de Paris

Pape François
© ALESSIA GIULIANI/CPP
© ALESSIA GIULIANI/CPP
Partager

Rome, objectif des djihadistes. Après l’annonce de nouveaux attentats dans les grandes capitales occidentales, la miséricorde est la seule solution.

L’Europe et le monde, qui réclament la paix, pleurent encore les plus de 129 morts et 350 blessés des attentats terroristes à Paris, que déjà les terroristes de l’Etat islamique (ISIS) annoncent vía Twitter qu’ils préparent de nouvelles attaques. Rome, Londres et Washington sont les nouveaux objectifs des djihadistes.

Dans ce contexte, “le Jubilé de la Miséricorde se manifeste comme encore plus nécessaire., a affirmé le samedi 14 novembre le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican, qui a répondu au passage à ceux qui se demandent déjà comment vivre l’attente du Jubilé alors que la ville de Rome s’apprête à recevoir plus de 10 millions de pèlerins et visiteurs. Le père Lombardi a rappelé la position du pape François et de l’Eglise sur le message miséricordieux du Jubilé, et son actualité en ces temps de haine et de violence.

ISIS via Twitter a menacé de perpétrer d’autres attentats en Europe et aux Etats-Unis “Attention ! Ces assassins possédés par une haine insensée s’appellent terroristes justement parce qu’ils veulent diffuser la terreur ”, a alerté le directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

Le Vatican répondait ainsi à la campagne sur les réseaux sociaux (#stopgiubileo), née de la sensibilité du moment contre la réalisation du Jubilé. Les voix de la peur réclamaient l’annulation de l’Année Sainte pour éviter une attaque contre Rome. Des messages qui ont été adressés au chef du gouvernement italien, Matteo Renzi (@matteorenzi) et au Pape François (@Pontifex).

Si nous nous laissons effrayer, ils auront déjà atteint leur premier objectif. C’est une raison de plus pour résister avec décision et courage à la tentation de la peur ”, a expliqué le père Lombardi. “Naturellement il faut être prudents et non irresponsables, prendre les précautions qui sont raisonnables. Il faut continuer à vivre en construisant la paix et la confiance réciproque ».

Les djihadistes veulent diffuser la peur dans l’épicentre de la catholicité; l’Eglise répond avec un antidote à la haine: la miséricorde.  » Un message de miséricorde, c’est-à-dire d’amour de Dieu, qui a comme conséquence aussi l’amour réciproque et la réconciliation.”, a ajouté le porte-parole du pape.

700 militaires sont déjà à Rome pour renforcer la sécurité. En outre, des troupes se sont déplacées à la frontière entre l’Italie et la France afin d’éviter l’infiltration de terroristes.

La miséricorde comme antidote à la haine avec la prudence et les mesures de sécurité qui s’imposent “C’est exactement la réponse qu’il faut donner dans des temps de tentation de défiance“.

Et le père Lombardi de rappeler: “Jean-Paul II disait que le message de la miséricorde a été la grande réponse de Dieu et des croyants dans le temps obscur et horrible de la Seconde Guerre mondiale, des massacres opérés par les totalitarismes, de la diffusion de la haine entre les peuples et les personnes”.

Autrement dit, le Pape et l’Eglise désirent rompre le cercle vicieux des têtes coupées par la djihadistes et des bombardements avec des avions sans pilote de la coalition occidentale. C’est-à-dire mettre l’amour devant la haine parce qu’ “utiliser le nom de Dieu pour justifier le chemin de la haine est un blasphème!, a proclamé le pape durant l’angélus de ce dimanche.

Parce que, en fin de compte, après une chute, l’important est de se relever pour continuer, l’opposé à ce blasphème de haine est la miséricorde du vrai Dieu quand il invite à respecter le caractère sacré de la vie. “ Le chemin de la violence et de la haine ne pourra jamais résoudre les problèmes de l’humanité ”, a rappelé avec force François.

La réponse du gouvernement italien est de soutenir le Jubilé. Le ministre de l’Intérieur, Angelino Alfano, a annoncé que le niveau de sécurité est maintenant au deuxième niveau, donc juste en dessous du niveau maximal, dans le cas d’un attentat. Cette mesure permet aux forces spéciales, à l’armée et à la police d’effectuer des manœuvres immédiates.