Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Attentats de Paris : la compassion et la foi

© CRISTIAN MIJEA / CITIZENSIDE
CANADA, Montreal: Candles, flowers and signs pay tribute to the victims of a string of deadly attacks in Paris during a candlelight vigil outside the French consulate in Montreal on November 13, 2015. A wave of shootings and explosions across six sites in the French capital on the same evening have left at least 150 dead. - CITIZENSIDE/CRISTIAN MIJEA
Partager

Depuis le Canada, Jacques Gauthier nous partage sa douleur et la proximité du peuple québécois suite aux attentats du 13 novembre.

On a déjà beaucoup écrit sur les attentats de Paris. Importants les mots, même s’ils sont limités et imparfaits, comme nous. Mais devant une telle barbarie, ils me restent en travers de la gorge. Car il y a aussi Bagdad, Beyrouth, Damas, et d’autres villes où le terrorisme frappe aveuglément, entraînant les pays dans une spirale guerrière. Pourquoi ? Comment s’en sortir ? Les mots sont impuissants à répondre, le silence s’impose pour laisser place à une prière de compassion.

Et pourtant, il faut continuer à parler, écrire, aimer, comprendre, vivre. Il faut dénoncer sans relâche cette idéologie perverse qui sème le chaos et la peur, bafoue la dignité humaine, détourne l’Islam de son sens profond, se sert de Dieu pour en faire une arme de destruction. Comment peut-on usurper son nom de « miséricordieux » en justifiant les meurtres ? Le pape François le rappelait dans son Angélus du 15 novembre : « Je tiens à réaffirmer avec force que le chemin de la violence et de la haine ne pourra jamais résoudre les problèmes de l’humanité ! Et utiliser le nom de Dieu pour justifier ce chemin, ces choix, c’est un blasphème ».

Le samedi 14 novembre, j’ai donné une journée de ressourcement au Sanctuaire Marie-Reine-des-coeurs à Montréal sur le thème « Espérer en la miséricorde divine ». Au début, une Française a apporté une bougie devant une icône, au nom des siens. Nous avons prié pour les victimes et leurs familles, incluant les terroristes. Liturgie toute simple, si émouvante. J’ai partagé cet événement sur Facebook. On m’a reproché de ne pas avoir la même compassion pour le Liban et la Russie, qui ont vécu récemment des attentats meurtriers. Et que dire des agressions en Afrique, de la persécution des chrétiens au Proche-Orient ? Même ici, au Canada, nous avons eu en octobre 2014 deux attentats terroristes (Attentats au Canada et radicalisme religieux).

La compassion pour tous

La compassion ne se divise pas, elle se multiplie. Je porte également dans mon cœur et ma prière les victimes innocentes de tous les pays. Mais frapper Paris, c’est porter atteinte aux valeurs fondamentales de liberté, d’égalité et de fraternité. J’avais écrit en janvier un billet sur les attentats à Charlie Hebdo. Pour moi, comme pour beaucoup de Québécois, le lien avec la France est viscéral. Ce pays fait partie de nos gènes. Mon ancêtre Louis Gonthier, devenu Gauthier, a été baptisé à l’église Saint-Séverin de Paris au XVIe siècle avant de venir à Québec. Les Héroux, du côté de ma mère, viennent de Normandie. Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]