Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Notre patrimoine d’exception (6/7). La cathédrale du Puy-en-Velay, lieu de pèlerinage et exploit architectural

La cathédrale du Puy-en-Velay (Haute-Loire) © DR
Partager

Sur un tertre volcanique, la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation accueille les pèlerins en nombre et comble les amateurs de vieilles pierres.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Aleteia vous emmène à la rencontre de notre patrimoine exceptionnel français. Après la découverte du monastère de Brou la semaine dernière, nous quittons l’Ain pour la Haute-Loire et la douceur auvergnate. Monument insolite par sa diversité de styles, la cathédrale du Puy-en-Velay est aussi un très ancien lieu de pèlerinage.  

Une cathédrale romane à l’influence byzantine

Au pied du rocher Corneille, le pèlerin ou le visiteur qui pénètre dans la cathédrale est tout de suite émerveillé par cet art roman à l’influence byzantine qui fait de l’édifice un monument de caractère. Le véritable exploit en terme de construction fut de bâtir une partie de la cathédrale – quatre travées – au-dessus du vide, avec des piliers monumentaux permettant de combler les 17 m de dénivelé.

Le fidèle peut accéder à la cathédrale en passant sous ces piliers par la façade occidentale et en gravissant plus d’une centaine de marches. Construite avec des pierres volcaniques, cette façade séduit par sa riche polychromie orientalisante qui alterne claveaux et mosaïques. Vient ensuite le porche orné de fresques du XIIIe siècle : la Vierge à l’enfant en Majesté accueille les visiteurs et témoigne de la diffusion du style byzantin en Occident. Ce chemin emprunté par les pèlerins correspond à toute une symbolique médiévale.

Depuis l’escalier, puis le porche, ces derniers pénétraient directement dans la nef, devant le chœur et au pied de l’autel. Cet accès direct au cœur du mystère chrétien est une entrée unique ; « on entre dans l’église par le nombril et on en sort par les deux oreilles », écrivait un religieux. Le chœur quant à lui, est construit sur un rocher très ancien qui fut le lieu de miracles. Il est connu sous le nom de « pierre des fièvres » ou « pierre des apparitions ».

Notre petit parcours s’achève par le cloître du XIIe siècle – l’un des plus beaux d’Europe – dont les arcades polychromes ne sont pas sans rappeler Cordoue ou Grenade. Restauré au XIXe siècle par Viollet-le-Duc, il est orné de chapiteaux remarquables aux sujets variés et d’une corniche illustrant les sept péchés capitaux.

Un lieu de pèlerinage prisé depuis le Moyen Âge 

La cathédrale du Puy-en-Velay est l’un des sanctuaires mariaux français les plus anciens. Au Moyen Âge, le culte à la Vierge y était déjà bien établi et un reliquaire de « Vierge en majesté » faisait l’objet de toutes les dévotions. Au XIIIe siècle, Saint-Louis de retour de la 7e croisade a offert une nouvelle statue au sanctuaire, celle d’une Vierge noire. Dépecée de ses pierres précieuses et brûlée pendant la Révolution, elle a été remplacée sur le maître-autel par une statue du XVIIe siècle que viennent toujours admirer les fidèles.

Cette « nouvelle » Vierge noire provient de l’ancienne chapelle Saint-Maurice du Refuge. Elle est sortie chaque année lors de la procession de la fête de l’Assomption le 15 aout. Le Puy-en-Velay est aussi le lieu de départ de l’une des quatre voies principales du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle : la Via Podiensis qui passe ensuite par Conques, Cahors et Moissac.

Enfin, selon une ancienne tradition, il existe un jubilé du Puy-en-Velay. Institué au Xe siècle par le pape Jean XV « chaque fois que le jour de l’Annonciation coïnciderait avec le Vendredi Saint », le jubilé est plus que jamais d’actualité puisque le prochain aura lieu en 2016. Une chance à saisir, le suivant se déroulera en… 2157 !