Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Lettre ouverte d’un catholique homosexuel à un prêtre homosexuel

C. BORIOLI / FACEBOOK - © MIQUEL LLOP / AFP PHOTO
Partager

Clément Borioli avait lancé un appel poignant au pape François. Il écrit au prêtre polonais Krzysztof Charamsa dont le coming out a défrayé la chronique.

Cher Krzysztof Charamsa,
Mon frère,
Je vous écris de Lourdes où je prie pour vous notre Mère de la Miséricorde. Je dois vous dire que votre coming out m’a beaucoup marqué. Comme vous, je suis un homme catholique qui éprouve une attirance homosexuelle, et c’est à ce titre que je me permets de vous répondre.
Il est vrai que « beaucoup d’homosexuels catholiques souffrent » de l’immobilisme de l’Église à leur encontre. Les lignes qui parlent de l’homosexualité dans le Catéchisme de l’Église catholique ne constituent pas en elles-mêmes un programme pastoral. Dans cette atmosphère il est normal que parfois nous éprouvions « de l’exclusion et de la stigmatisation ».
Je comprends en partie « l’homophobie » de certains de nos frères catholiques, parce qu’ils ne savent rien de l’homosexualité et encore moins comment se comporter lorsqu’ils se trouvent en face d’une personne qui se déclare ouvertement « gay ». Parfois j’ai l’impression d’être un Martien. Il nous faut pourtant reconnaître que les choses sont en train de changer. Dans la Relatio Synodali §76, les pères synodaux déclarent : « On réserve une attention particulière à l’accompagnement des familles dans lesquelles vivent des personnes homosexuelles. » On perçoit que l’Église a compris qu’elle doit s’engager dans une telle pastorale. En France, il existe Courage et Encourage qui soutiennent les personnes qui éprouvent une attirance homosexuelle ainsi que leurs familles dans leur cheminement à la suite du Christ.
Nous devons tous refuser publiquement la violence envers les personnes homosexuelles. Il n’existe aucune violence qui puisse être justifiée. Et si, entre nous dans l’Église, des violences peuvent naître, demandons pardon à notre Père miséricordieux. Ce n’est pas en abandonnant l’Église que l’on peut guérir de telles plaies, mais en l’aimant. Nous ne devons pas créer un schisme : une « Église pro-gay » et une « Église anti-gay », il est nécessaire d’aller de l’avant tous ensemble, en s’écoutant les uns les autres sans juger, si notre objectif commun est le Christ.
Pouvons-nous y arriver ensemble ?
L’Église ne doit pas seulement proclamer la vérité, elle doit le faire avec miséricorde. Ce Jubilé qui ouvre ces portes est un signe pour tous. L’Église est notre mère, elle prend soin de nous, elle nous indique la Voie, Son Époux. Parfois je voudrais aussi couper le cordon avec cette mère qui me les casse. « Maman, laisse-moi tranquille ! » Puis je regarde Jésus, notre Dieu, qui a écouté sa mère jusqu’à 33 ans. « Ils n’ont plus de vin… »
L’Église est aussi la famille de tout le monde, et de tous ceux qui ne peuvent pas avec leurs propres forces fonder une famille. Non parce que l’Église le leur interdit, mais parce que le droit de l’enfant à grandir entouré d’un père et d’une mère, mieux son papa et sa maman, prévaut. Et nous savons combien il est difficile pour un enfant qui n’a pas de père qui l’aime de comprendre l’amour de Dieu le Père, ou à celui à qui il manque la maman, l’amour de l’Église. Ce que nous vivons sur cette Terre préfigure ce que nous vivrons au Ciel. J’espère que ceux qui éprouvent le sain désir d’une paternité, trouveront dans l’Église des fils et des filles à conduire vers Jésus.
Vous avez répondu à l’appel du Christ en choisissant le sacerdoce ministériel. Je comprends que certains de nos choix de vie nous semblent parfois lourds et difficile à tenir. Mais sachons au moins demander un coup de main pour vivre au mieux nos engagements. Et je sais qu’il existe des groupes de soutien pour les prêtres qui éprouvent une attirance homosexuelle. Je suis triste de constater que vous n’ayez pas trouvé ce soutien et je demande pardon pour l’Église si vous ne l’avez pas trouvé. Maintenant, pour vous et Eduardo une nouvelle route commence, je prie le Seigneur pour vous deux afin qu’Il puisse guider les étapes de votre vie.
Fraternellement,
Par Marie à Jésus
Clément Borioli
La lettre originale a été publiée en italien sur le site Intelligonews
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Le Top de IntelligoNews
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]