Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La Révolution de l’art gothique au musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg

Pilier des Anges, Strasbourg, cathédrale, bras sud du transept, vers 1225 © Mathieu Bertola, 2015
Pilier des Anges, Strasbourg, cathédrale, bras sud du transept, vers 1225 © Mathieu Bertola, 2015
Partager

À l’occasion du millénaire des fondations de la cathédrale, l’exposition présente l’avènement du style gothique à Strasbourg au XIIIe siècle. Le point sur cette véritable révolution artistique.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Les fondations de la cathédrale de Strasbourg (Bas-Rhin) – un socle de limon et d’argile accompagné de pieux – remontent à l’année 1015. Deux siècles plus tard, un architecte français ayant fait ses armes à Chartres et à Reims, prend en main le chantier toujours en cours. Il s’atèle alors à la construction du transept sud dans un style nouveau à Strasbourg, le gothique. Ce dernier fait pendant au transept nord de style roman. La nef romane est ensuite rehaussée, les voutes et ouvertures sont élargies, et une façade gothique est élaborée : deux tours reliées par un beffroi avec une flèche de 142 m, soit la plus haute du Moyen Âge conservée jusqu’à nos jours !

Ce nouveau style se manifeste de façon virtuose à travers la sculpture, notamment avec les œuvres célèbres de L’Église et la Synagogue, et du Pilier des Anges. Ces chefs-d’œuvre de la sculpture occidentale au Moyen Âge connaissent un véritable succès et engendrent des commandes. La cathédrale de Strasbourg qui avait elle-même subit l’influence de Chartres et de Sens, rayonne à son tour en diffusant cet art français dans l’Empire germanique. Strasbourg est alors un centre artistique majeur au XIIIe siècle, au carrefour des routes de France et de Bohème, de Flandres et d’Italie.

À la découverte du Maître du transept sud

L’exposition du musée de l’Œuvre Notre-Dame présente des œuvres aux supports variés – sculpture, vitrail, enluminure, orfèvrerie – qui témoignent du bouleversement artistique provoqué par l’arrivée du gothique au XIIIe siècle. Elle met en lumière le nouveau rôle de Strasbourg en temps que foyer de création au rayonnement international. Les sculptures de l’Église et de la Synagogue évoquées précédemment illustrent le passage d’une sculpture romane modeste à une nouvelle statuaire de qualité. Elles ont été remplacées par des copies in situ et déposées au sein du musée de l’Oeuvre Notre-Dame au début du XXe siècle pour éviter les intempéries.

Un des objectifs de l’exposition est de faire connaître au public le sculpteur de ces deux œuvres, appelé le Maître du transept sud. Une pièce exceptionnelle a été redécouverte à cette occasion : la tête du saint Jean de la série des apôtres des portails sud, qui avait disparu à l’époque de la Révolution. Poursuivez votre visite du musée par celle de la cathédrale bien sûr, et du musée historique qui propose lui aussi une exposition à l’occasion du millénaire. Enfin, ne manquez pas de consulter le programme établi autour de l’exposition : ateliers, visites, conférences, spectacle, parcours en famille, etc.

Strasbourg 1200-1230 : La Révolution gothique, au musée de l’Œuvre Notre-Dame – Arts du Moyen Âge, du 16 octobre 2015 au 14 février 2016.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]