Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François dénonce le licenciement des femmes enceintes

© AFP PHOTO / OSSERVATORE ROMANO
VATICAN-POPE-PRO-LIFE

This handout picture released on April 11, 2014 by the Vatican press office shows Pope Francis (L) blessing the belly of a pregnant woman during a meeting with Italy's Pro-Life Movement "Movimento per la Vita". AFP PHOTO / OSSERVATORE ROMANO/HO RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / OSSERVATORE ROMANO" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Partager

"Notre devoir est de protéger à la fois leur droit à exercer un travail pleinement reconnu et leur vocation pour la maternité et la vie de famille", a-t-il affirmé lors d'une rencontre avec des entrepreneurs.

Le pape François a déclaré samedi que « la femme devait être protégée et soutenue » dans le monde du travail, et a dénoncé le fait que certaines soient licenciées lorsqu’elles annoncent à leur employeur qu’elles sont enceintes.

« Il est essentiel de porter une attention toute particulière à la qualité des conditions de travail des employés, qui constituent la ressource la plus précieuse des entreprises ( …). Je pense essentiellement aux femmes actives », a déclaré le Souverain Pontife avant de poursuivre de la sorte : « Notre devoir est de protéger à la fois leur droit à exercer un travail pleinement reconnu, ainsi que leur vocation pour la maternité et la vie de famille ».

François a souligné la fréquence des témoignage de femmes licenciées après être tombées enceintes. « Combien de fois avons-nous entendu des histoires de femmes qui se sont entretenues avec leur chef pour les informer qu’elles étaient enceintes et se sont vues répondre : ‘À partir de la fin du mois, vous ne travaillerez plus pour nous’ ? », a demandé le Pape.

La dimension sociale de l’Évangile

Le Pape a tenu ces propos lors d’une rencontre avec des membres de l’Union chrétienne des chefs d’entreprises – une association ecclésiale, reconnue par les prêtres italiens –, au cours de laquelle il a insisté sur la nécessité de protéger les entreprises, qu’il considère comme « un bien d’intérêt général ».

François a encouragé les entrepreneurs catholiques à être des artisans du développement au service du bien commun, en famille, au travail, en société et dans le cadre du soin dû à la création, en faisant particulièrement attention aux plus nécessiteux.

Le Pape a rappelé l’importance de protéger « la bonne articulation entre le travail et la famille », et a insisté sur le fait que « les institutions, les entrepreneurs, les économistes, les organismes financiers et bancaires » ainsi que tous les acteurs impliqués dans le monde du travail ont le devoir d’agir dans le respect de l’éthique, de l’honnêteté et des compétences de chacun.

François a demandé aux entrepreneurs catholiques d’être les représentants de « la dimension sociale de l’Évangile, dans le monde difficile et complexe qu’est celui du travail, de l’économie et de l’entreprise ».

« Cet appel à agir en tant que missionnaire (…) comporte également une ouverture spirituelle à des situations de pauvreté et de fragilité. Il s’agit d’une attitude consistant à mettre en œuvre des programmes de mobilisation et d’assistance, multipliant ainsi les actions concrètes, déjà nombreuses et méritantes, en faveur du partage et de la solidarité que vous soutenez dans plusieurs régions italiennes. Ceci sera une façon pour vous de mettre en pratique la grâce du jubilé de la Miséricorde. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]