Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Inde : Vers la fin du « tourisme de la procréation » ?

© SAM PANTHAKY / AFP
British parents William (R) and Alison Duffett (C) and their seven-day old son Oliver Robert, born to an Indian surrogate mother, are photographed with Dr. Nayna Patel at Kaival Hospital in Anand, some 90 kms from Ahmedabad, on March 11, 2010. Commercial surrogacy, made legal in India in 2002 and popular among foreign couples who are unable to conceive, has provided a large source of income for some Indian women acting as surrogate mothers despite local stigmas and ethical debates. AFP PHOTO/Sam PANTHAKY
Partager

Le gouvernement indien veut interdire le commerce des mères porteuses à tous les couples étrangers afin de réguler un phénomène dont il admet avoir perdu le contrôle.

En Inde, depuis 2002, date de son introduction sur le territoire, la gestation pour autrui (GPA) est devenue un marché tellement florissant que l’on ne parle plus que de « phénomène de marchandisation » contre lequel le gouvernement a décidé de mener bataille en interdisant aux couples étrangers, les principaux bénéficiaires, d’y avoir accès. D’après les organismes de défense de la santé et des droits des femmes en Inde, « le tourisme de la procréation » est en forte hausse, générant des trafics de personnes et d’argent devenus incontrôlables.

Un revirement qui demandera du temps

Dans une déclaration à la Cour suprême, accompagnée d’une pétition d’avocats et juristes en ce sens, le gouvernement indien annonce sa décision de n’autoriser plus que les citoyens indiens avec des problèmes de fertilité à avoir recours à cette pratique qui attire chaque année 25 000 couples étrangers provenant de pays européens où celle-ci est interdite (France, Allemagne, Espagne, Portugal, Italie, Luxembourg, Autriche…), ou de pays comme les États-Unis où il est ouvert mais jugé trop onéreux. « Le gouvernement ne soutient pas le commerce des mères porteuses », souligne la déclaration gouvernementale qui admet qu’il faudra « un certain temps pour changer la loi ».

Fin 2012, l’Inde – considérée un important vivier de mères porteuses potentielles – avait déjà interdit aux célibataires et couples gays étrangers de recourir à la GPA. Il faut savoir que cette pratique porte à la naissance près de 6 000 enfants chaque année pour un milliard de dollars environ de chiffre d’affaires. La Cour suprême indienne avait demandé au gouvernement de préciser les mesures qu’il envisageait pour réguler la situation, dénoncée comme « une forme d’exploitation de la pauvreté de certaines femmes ».

Décision saluée comme « un bon début » 

Jennifer Lahl, directrice et fondatrice du Center for Bioethics and Culture Network, a accueilli ce revirement de situation comme « un bon début », rapporte Asianews, mais doute que cela puisse changer la motivation des femmes qui louent leur ventre, la plupart d’entre elles étant issues de milieux pauvres et voyant en cette pratique la possibilité d’une rentrée d’argent.

Selon les experts, ces femmes ignorent souvent les conséquences de telles grossesses pour leur santé et beaucoup d’entre elles sont « exploitées ou trompées » par des cliniques sans scrupules. Rien qu’à New Delhi, on compte des dizaines de cliniques spécialisées dans cette activité. En cas de complications pour la mère porteuse, ni le médecin ni la clinique ne sont tenus pour responsables.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]