Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconAu quotidien
line break icon

Fais ceci, dis cela : quand les catholiques règlent leurs comptes

Le Sermon de la montagne par Carl Heinrich Bloch, 1890 © Public domain

Le Sermon de la montagne par Carl Heinrich Bloch, 1890 © Public domain

Dr Timothy P. O’Malley - Publié le 31/10/15

Jésus Lui-même a été victime de ce réflexe humain de voir en l'autre un ennemi à éliminer, une voix à faire taire.

La virulence de certains commentaires au sujet du synode m’a soudain rendu particulièrement réceptif au commandement de Jésus : « Aime ton ennemi ».

« Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu aimeras ton ami et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent (…). En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? (…) Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (Mathieu 5, 43-48).

Ce passage correspond très probablement à la ré-interprétation par Jésus de ce qui compose le Royaume de Dieu. On s’attend à ce que Dieu soulève Israël pour conquérir les Romains, pour imposer la justice de Dieu à l’oppresseur. Au lieu de cela, les Évangiles révèlent que pour être citoyen au Royaume de Dieu, il faut voir son ennemi comme un voisin et l’aimer tout comme le Père nous a aimé en premier, car nous sommes tous destinés à devenir des citoyens au Royaume de paix.

Rappelons-nous les paroles du Christ. Nos « ennemis » d’aujourd’hui sont des évêques allemands, le Pape, des éditorialistes du New York Times, des théologiens conservateurs ou libéraux, et toute personne perçue comme une menace pour l’épanouissement de l’Église. Mais ce n’est pas l’existence d’un désaccord qui pose problème. Il y en a eu d’autres à des moments critiques de la vie de l’Église, lors des Conciles de Jérusalem, de Nicée, de Chalcédoine et des deux premiers Conciles du Vatican (entre autres). Ils ont donné naissance à des dogmes, des doctrines et des pratiques pastorales totalement intégrés à l’identité catholique.

Le véritable problème est que ces désaccords sont autant d’occasions de critiquer l’autre, au lieu de présumer sa bonne volonté.

Aimer son ennemi ne signifie pas ignorer le désaccord, mais se rappeler que nous serons réunis dans la Ville de Dieu. En tant que théologien et éditorialiste, blogueur catholique, baptisé et ordonné, je dois m’exprimer pour ou contre certaines propositions, tout en voyant l’autre comme un voisin, un pèlerin qui cherche à rencontrer Dieu.

Pour être honnête, cela nécessite des efforts. Il est bien plus aisé d’imaginer un monde d’ennemis potentiels, qui conspirent tous contre moi. Il y a une sorte de plaisir à critiquer ou rejeter mon interlocuteur. Mais en continuant à considérer d’autres chrétiens comme des ennemis, nous renouvelons le cycle de violence que Jésus a combattu. Nous passons outre ce qu’Il a demandé de nous avant sa mort : « Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés (…). C’est à cela que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13, 34-35). Il est difficile d’aimer comme Jésus ; mais a-t-Il prétendu que ce serait facile ?

Compte tenu de l’importance de ce synode, il y aura d’autres débats. Or, en persistant à considérer ceux avec qui nous sommes en désaccord comme nos ennemis, nous ne proclamons pas la Bonne Nouvelle — alors que c’est là la principale vocation de l’Église. Ceux d’entre nous dont le métier implique qu’ils participent à ces discussions devraient se rappeler qu’aimer son ennemi signifie qu’il n’y a plus d’ennemi à haïr. Seulement de futurs citoyens de la Ville de Dieu.

Le Dr Timothy P. O’Malley est le directeur du Centre Notre-Dame pour la liturgie (Center for Liturgy) à l’Institute for Church Life et professeur associé à l’université Notre-Dame. Il est l’auteur de Liturgy and the New Evangelization: Practicing the Art of Self-Giving Love. Il écrit pour le blog du Center for Liturgy.

Tags:
best of 30Famille
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement