Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Êtes-vous prêt à mourir ?

Une jeune réfugiée irakienne © Jeffrey Bruno/ALETEIA/JTB/CC
Partager

Quelle folie peut bien amener certaines personnes à tout quitter pour leur foi jusqu'au péril de leur vie ?

Je viens de passer deux jours à Amman (Jordanie) avec des personnes déracinées pour avoir refusé d’abandonner le christianisme. Depuis, je n’arrête pas de me demander pourquoi certains choisissent de tout abandonner pour leur foi.

Les familles de réfugiés qui sont aidées par père Abud et sa paroisse jordanienne nous ont fait l'honneur de se joindre à nous. Elles ont parlé et débattu de leur sort et ont témoigné de ce qu'elles ont vécu. Nous connaissons la réponse qu'ils ont faite aux djihadistes... © Jeffrey Bruno
Les familles de réfugiés qui sont aidées par père Abud et sa paroisse jordanienne nous ont fait l'honneur de se joindre à nous. Elles ont parlé et débattu de leur sort et ont témoigné de ce qu'elles ont vécu. Nous connaissons la réponse qu'ils ont faite aux djihadistes... © Jeffrey Bruno
Les familles de réfugiés qui sont aidées par père Abud et sa paroisse jordanienne nous ont fait l'honneur de se joindre à nous. Elles ont parlé et débattu de leur sort et ont témoigné de ce qu'elles ont vécu. Nous connaissons la réponse qu'elles ont faite aux djihadistes... © Jeffrey Bruno

Je n’avais jamais vu le Jourdain et, honnêtement, je ne pensais pas que voir l’endroit où Jésus avait été baptisé me toucherait. En marchant le long du chemin qui menait au lieu du baptême du Christ, j’avais les yeux pleins de larmes. J’ai dû me faire violence pour ne pas craquer.

C’était bouleversant. Le Christ, Dieu et homme, s’était tenu là : Jean L’avait baptisé ici. Le ciel s’était alors ouvert, et Dieu le Père avait parlé et le Saint Esprit était apparu. C’était réel. Et je pouvais vraiment le sentir.

D'un premier abord, ce lieu n'a rien d'impressionnant mais lorsque vous marchez jusqu'au Jourdain, vous sentez la puissance de la présence de Dieu d'une manière indescriptible © Jeffrey Bruno
D'un premier abord, ce lieu n'a rien d'impressionnant mais lorsque vous marchez jusqu'au Jourdain, vous sentez la puissance de la présence de Dieu d'une manière indescriptible © Jeffrey Bruno
D'un premier abord, ce lieu n'a rien d'impressionnant mais lorsque vous y marchez, vous sentez la puissance de la présence de Dieu d'une manière indescriptible © Jeffrey Bruno

Soudain, tout s’est mis en place. Je pouvais voir le chemin de Jean dans le désert, parce que je l’avais moi-même effectué. Et, pour la première fois de ma vie, ma foi était devenue perceptible. Je pouvais sentir la présence de Dieu comme jamais auparavant.

La Terre Sainte. C’était comme si l’air poussiéreux que je respirais était empreint de l’Esprit Saint © Jeffrey Bruno
La Terre Sainte. C’était comme si l’air poussiéreux que je respirais était empreint de l’Esprit Saint © Jeffrey Bruno
La Terre Sainte. C’était comme si l’air poussiéreux que je respirais était empreint de l’Esprit Saint © Jeffrey Bruno

Nous sommes allés déjeuner. J’ai soudain compris que les réfugiés chrétiens rencontrés à Amman avaient vécu ce que je venais juste de vivre et qui vous coupe de la réalité, et pour toujours, et vous écarte de ce qui n’est finalement qu’une distraction par rapport à la réalité : le travail, les voitures, le sport.

En allant en Jordanie, là où Jésus avait été baptisé, et en me familiarisant avec ce sens de la réalité divine, je commence seulement à comprendre pourquoi les gens sont prêts à mourir, à se déplacer, pour le Christ.

Hormis la messe, nous, Américains et Européens, n’avons pas cette relation quotidienne avec le divin.

La foi devient réelle, d’une façon totalement différente, lorsque l’on marche dans le désert dans les pas de Jésus accompagné de Pierre et de ses disciples ; que l’on met les pieds dans l’eau du Jourdain et comprend et réalise qui était là avant nous ; que quelqu’un vous met un fusil sur la tempe et vous demande de renoncer à votre foi.

Les pieds immergés dans le Jourdain, il n'y a pas de mot pour décrire une telle expérience © Jeffrey Bruno
Les pieds immergés dans le Jourdain, il n'y a pas de mot pour décrire une telle expérience © Jeffrey Bruno
Les pieds immergés dans le Jourdain, il n'y a pas de mot pour décrire une telle expérience © Jeffrey Bruno

Ne vous méprenez pas ; cela ne veut pas dire que nous ne pouvons connaître cette réalité d’autres manières. Elle est singulière. Elle m’a changé à tout jamais.

Cela peut paraître étrange, mais les réfugiés que j’ai rencontrés ont été un cadeau pour moi. J’ai lu et suivi leur calvaire, mais je n’avais pas vraiment compris. Aujourd’hui je comprends.

Ils sont un signe visible de l’Amour de Dieu pour nous et de leur amour pour Dieu

Nous avons davantage besoin des réfugiés qu’ils n’ont besoin de nous. Ils ont besoin d’aide matérielle, de pouvoir rentrer chez eux et nous devons au moins prier comme des saints pour que Dieu leur vienne en aide ; nous devons dire la vérité à ceux qui sont au pouvoir, et qui ne peuvent ignorer leur calvaire.

Mara, Anna, Alak et leurs enfants prennent quelques minutes pour partager leur témoignage de leur arrivée en Jordanie il y a 20 jours © Jeffrey Bruno
Mara, Anna, Alak et leurs enfants prennent quelques minutes pour partager leur témoignage de leur arrivée en Jordanie il y a 20 jours © Jeffrey Bruno
Mara, Anna, Alak et leurs enfants prennent quelques minutes pour partager leur témoignage de leur arrivée en Jordanie il y a 20 jours © Jeffrey Bruno

Mère Teresa a parlé de la pauvreté matérielle, et de la pauvreté spirituelle pire encore. Nous avons ce dont les réfugiés ont besoin, mais ils ont la seule chose qui a réellement de l’importance : une relation d’amour avec Jésus Christ – si complète et si forte qu’ils sont prêts à tout sacrifier pour Lui rester fidèles.

J’écris depuis les rives du Jourdain, humble et changé. Si ce n’est pas le Jourdain qui en est la cause, ce peut être ce qui s’y est passé.

Trouvez le moyen d’aller en Jordanie. Vous en reviendrez changé à tout jamais.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]