Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les dix commandements contre les caprices des enfants à table

PETITE FILLE QUI NE VEUT PAS MANGER DE LEGUMES
© Shutterstock
Partager

Que faire lorsque son enfant refuse de manger ?

Les médecins du service d’Éducation alimentaire de l’hôpital Bambino Gesù, à Rome, ont conçu dix règles pour faire goûter et découvrir aux enfants de nouvelles saveurs. Sans avoir peur ! Des idées à mettre en pratique pour éviter de transformer les repas de famille en cauchemar, mais surtout pour trouver des solutions concrètes dans le cas de troubles du comportement alimentaire.

1. Toute la famille doit essayer d’avoir le même type d’alimentation

L’enfant est influencé au niveau social dans le choix des aliments et tend à manger par imitation. La famille joue donc un rôle de modèle.

2. Les aliments doivent être proposés plusieurs fois

La consommation répétée d’un aliment augmente l’attrait de l’enfant pour celui-ci. Il est important de ne pas proposer le même plat en permanence, mais de le faire après un certain temps pour ne pas générer d’ennui. Tous les aliments doivent toujours être proposés à table, y compris ceux que les petits n’aiment pas, mais cuisinés de façon différente.

3. Les adultes ne doivent pas forcer l’enfant à goûter un aliment

Forcer un enfant à goûter un aliment peut en accroitre l’aversion. Proposer également une récompense n’incite pas l’enfant à consommer volontairement cet aliment mais plutôt à se suralimenter pour obtenir une récompense.

4. L’heure des repas doit être respectée

Le repas doit avoir lieu à un moment précis de la journée : il est préférable que toute la famille mange à la même heure et à la même table.

5. Non aux jeux, non à la télé

Le repas est un moment important, les distractions ne sont pas admises. Il faut inviter l’enfant à éteindre le téléviseur et à mettre ses jeux de côté pour ensuite le laisser libre d’expérimenter et de découvrir les aliments présentés à table.

6. Organiser un parcours de familiarisation avec la nourriture

Souvent, les enfants refusent un aliment sans même y goûter ; pour amener les enfants à découvrir la saveur d’un aliment, il faut stimuler sa curiosité en passant par les sens : de la connaissance à l’expérimentation.

7. L’emmener faire les courses

Les parents peuvent laisser leur enfant les aider à choisir les aliments à acheter. Faire participer l’enfant aux courses le fera se sentir maître de ses choix.

8. Impliquer l’enfant pendant que l’on cuisine

L’enfant doit s’habituer à ce qu’il a choisi au supermarché grâce à ses cinq sens dans un parcours d’ « amitié » avec la nouveauté : laver, peler, couper et inventer des recettes avec ses parents pour lui donner envie de goûter ses « créations ».

9. Dernière étape : goûter ensemble

Après avoir cuisiné ensemble, manger quelque chose que l’enfant a vu naître et qu’il a suivi dans toutes ses phases de préparation peut être rassurant et lui faire vaincre sa néophobie. Si ce n’est pas le cas, il ne faut pas l’obliger à goûter mais lui reproposer plus tard et plusieurs fois la nourriture qu’il n’aime pas, mais de différentes façons.

10. La cuisine devient une fête

Mettre une toque de cuisinier et faire participer l’enfant. Le temps jouera en faveur de toute la famille.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]