Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 octobre |
Saint Luc
Aleteia logo
home iconFor Her
line break icon

Collège : la réforme qui fâche… tout le monde

© CITIZENSIDE / CLAUDE SZMULEWICZ / citizenside.com / AFP

FRANCE, Paris : Protestors walk behind a banner asking for the annulation of last high school reform while thousands of teachers, parents and children participated in the march from Port-Royal to the Ministry of Education against the high school reforms, which are meant to strengthen interdisciplinarity, personalized support and institutional autonomy, in Paris on October 10, 2015. - CITIZENSIDE/CLAUDE SZMULEWICZ

Philippe Oswald - Publié le 12/10/15

Najat Vadaud-Bellkacem s’obstine : "La réforme du collège s’appliquera". Pourtant, cette épine dans le pied du gouvernement s’enfonce inexorablement.

Plutôt réussie, la manifestation des enseignants pour réclamer « l’abrogation de la réforme », le samedi 10 octobre, à Paris : elle aurait regroupé entre 8 000 et 20 000 participants. C’était le « quatrième acte d’une action de protestation marquée précédemment par trois jours de grève en mai, juin et septembre », rappelle Les Échos.

Unis par l’exaspération contre le gouvernement

Certes, les motivations de l’intersyndicale réunissant quatorze organisations – dont le SNES-FSU, le SNALC, FO et CGT Educ’action, sont diverses et parfois opposées – s’agissant notamment de l’autonomie des établissements pour l’élaboration de 20% de leurs enseignements. Mais ce qui a uni les manifestants, où se côtoyaient des enseignants de la langue de Goethe arborant les couleurs du drapeau allemand et des profs de grec et de latin coiffés de couronnes de laurier ou de casques romains, c’est l’exaspération contre un gouvernement et une ministre qui prétendent mieux connaître qu’eux leur métier et les élèves qu’ils ont à instruire. « Au lieu de les écouter, eux qui chaque jour font face sur le terrain aux difficultés de leurs élèves, on les accuse d’être simplement incapables d’évoluer », déplore François-Xavier Bellamy sur son blog.

Alors que le diagnostic sur lequel tout le monde paraît désormais s’entendre est la faiblesse croissante des savoirs fondamentaux, Najat Vadaud- Bellkacem remplace de précieuses heures de cours par des « Enseignements Pratiques Interdisciplinaires », les fameux EPI, qui présupposent déjà acquises ces connaissances de base ! Dans ces conditions, comme l’annonçait la pancarte d’une manifestante, « les EPI ne donneront jamais de fruits » (Causer).

La fausse annonce de la dictée

Devant le tollé, la ministre a annoncé l’instauration d’une dictée quotidienne comme un prestidigitateur sort un lapin de son chapeau, suscitant la grande fureur du syndicat de gauche SE-Unsa qui a vu dans cette mesure « un cadeau aux réacs ». Du coup, Najat Vallaud-Belkacem s’est empressée de noyer le poisson en indiquant qu’il suffirait de pratiquer « de courtes et fréquentes dictées de syllabes et de mots », chaque professeur conservant sa « liberté pédagogique ». « Et voilà comment ma dictée est devenue muette », commente François d’Orcival dans Le Figaro Magazine (9 octobre).

74% des enseignants et 61% des Français contre la réforme

Les Français ne s’y trompent pas. « Ils font bloc contre la réforme du collège et désavouent Najat Vallaud-Belkacem », constate Atlantico : « Selon un sondage commandé par l’association d’intérêt général SOS Éducation, 61% des personnes interrogées se déclarent opposées à cette réforme.  Un refus que l’on peut mettre en parallèle avec celui des enseignants (74% – sondage IFOP / SOS Éducation juin 2015) ». En cause, trois points principaux : la disparition des classes bilingues ou européennes (87% de refus), la diminution des horaires de langues anciennes (contre : 66%), et la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) (57% d’opinions défavorables). Au total, 65% des personnes interrogées  sont hostiles à une réforme qui ne peut que « niveler par le bas le niveau global des collégiens » et accentuer les décalages sociaux. Au rebours de l’objectif annoncé par François Hollande qui était d’éviter que le collège ne soit le lieu où « s’accentuent les différences, se marquent les échecs, se concentrent les inégalités ». Et si l’unique but, c’était de faire des économies ? soupçonne Marjolaine, professeur d’allemand au Mans (Le Figaro).

« Pas un malentendu, un refus »

Que va-t-il se passer si le gouvernement s’obstine ? La réforme va s’étioler, se perdre dans les sables, annonce à Libération Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du Snes, principal syndicat d’enseignants du second degré : « Elle en veut pour preuve une faible participation annoncée aux formations à la mise en œuvre de la réforme, proposées aux profs pendant les vacances de la Toussaint. ‘Il ne s’agit pas d’un malentendu, mais d’un refus’, a-t-elle insisté. Une référence au ‘malentendu’ avec les enseignants invoqué fin août par Najat Vallaud-Belkacem, décidée à appliquer coûte que coûte la réforme à la rentrée 2016. »

Ici et là, la répression est en marche : « La révélation d’un système de classement des professeurs  de l’Académie de Toulouse vis-à-vis de leur position concernant la réforme du collège a créé le scandale », annonce Valeurs Actuelles. Qu’ils soient de droite, de gauche ou… d’ailleurs, c’est finalement contre le « formatage idéologique » et la « caporalisation » que se révoltent professeurs, parents d’élèves et étudiants.

Tags:
Éducationnajat vallaud belkacem
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
2
Mathilde de Robien
Les questions à se poser pour savoir si on aime vraiment
3
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
4
Agnès Pinard Legry
Le miracle qui va faire de Jean Paul Ier un bienheureux
5
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
6
Pope Francis - speech
I.Media
Le pape François plaide pour l’inculturation de l’Évangile
7
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement