Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une mobilisation nationale sur la fin de vie est prévue samedi 3 octobre

AFP- © BRITTA PEDERSEN
Partager

Alors que la proposition de loi arrive en seconde lecture à l’Assemblée nationale, le mouvement "Soulager mais pas tuer" appelle à manifester pour préserver les Français d’une euthanasie déguisée.

Lundi 5 octobre 2015, la proposition de loi sur la fin de vie sera examinée en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Alliance VITA s’associe à l’appel du mouvement « Soulager mais pas tuer » qui invite à se mobiliser le samedi 3 octobre à 11 h dans les 13 villes préfectures des nouvelles régions de France, pour mettre les pouvoirs publics face à leurs responsabilités, après le report incessant du plan de développement des soins palliatifs depuis 2012.

« Ne touchez donc pas aux intouchables »

« Je soutiens ‘Soulager mais pas tuer’, le mouvement qui plaide pour que les personnes malades, dépendantes ou âgées en fin de vie ne subissent en France ni euthanasie, ni suicide assisté, mais soient accompagnées et respectées, avec ‘considération’.
Cette attention bienveillante aux plus fragiles en fin de vie est source de richesses et de réconciliation. Ne touchez donc pas aux intouchables. Soulagez-nous, mais ne nous tuez pas.
Quelle violence faite aux humiliés, à la vie aux extrémités ! » Philippe Pozzo di Borgo

Réunis sous le parrainage de Philippe Pozzo di Borgo – dont la vie a inspiré le film Intouchables – le mouvement « Soulager mais pas tuer » rassemble des professionnels et usagers de la santé opposés à toute forme d’euthanasie et de suicide assisté. Pour Tugdual Derville, l’un des porte-paroles, « à quelques semaines des élections régionales, notre choix de nous rassembler dans les 13 villes –préfectures est symbolique, car il existe, en matière d’accès aux soins palliatifs, une discrimination injuste entre les usagers de la santé selon les régions. S’il veut vraiment lutter contre le mal mourir, c’est dans ce domaine que le gouvernement doit passer des paroles aux actes ».

Se mobiliser pour éviter des pratiques d’euthanasies masquées

Au lieu de mobiliser les moyens indispensables aux soins palliatifs, le gouvernement persiste à imposer son texte de loi sur la fin de vie « qui est à la fois inutile et dangereux », souligne le mouvement. Il estime qu’avec la « sédation profonde et continue jusqu’au décès, assortie d’un arrêt d’alimentation et d’hydratation, la France basculerait sur la pente glissante de l’euthanasie ». « C’est maintenant qu’il faut se mobiliser pour éviter des pratiques d’euthanasies masquées, déguisées en soins palliatifs », estime le mouvement, surtout si on veut pouvoir continuer à « garantir aux personnes les plus malades, les plus dépendantes, les plus âgées, qu’elles gardent toute leur place au cœur de la société ». Il y a véritablement urgence !

Retrouvez tous les lieux de mobilisation en cliquant ici

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.