Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comprendre le conflit au Yémen

flickr- Ibrahem Qasim-cc
Partager

Alors que l’aviation arabe de la coalition anti-rebelle vient de bombarder un mariage, provoquant des dizaines de victimes civiles, retour sur les bases d’un conflit pas si différent du syrien.

Elle n’est pas si lointaine l’époque où le Yémen était divisé en Yémen du Nord et Yémen du Sud. Car ce petit pays d’Arabie méridionale est en guerre civile depuis le 9 juillet 2014. Cette guerre oppose le gouvernement sunnite d’Abd Rabo Mansour Hadi et les rebelles chiites houthis d’Abdul-Malik Al-Houthi, ces derniers ont depuis conquis le Nord-Ouest du pays, dont la capitale Sanaa, et contraint le gouvernement Hadi à l’exil. Il s’est enfui en Arabie Saoudite.

Une coalition arabe (sunnite) coordonnée par l’Arabie saoudite est alors intervenue au Yémen. Elle a chassé les rebelles de la ville portuaire d’Aden, en ont fait une capitale provisoire, et y ont réinstallé Hadi.

Le Yémen est habité à 55% par les sunnites et à 45% par les chiites. Si la présence des chrétiens dans ce pays est historique, ils ne représentent plus que 0,05% de la population soit environ 4 000 individus.

Trois camps

Le gouvernement est sunnite et il est soutenu par la coalition sunnite (Égypte, Arabie saoudite, Bahreïn, Koweït, Jordanie, Maroc, Émirats arabes unis, Qatar, Soudan). Ils bénéficient d’un équipement largement supérieur en blindés, avions et matériel. La coalition est soutenue par l’Occident.

Les rebelles houthis revendiquent 100 000 miliciens armés avec de l’équipement russe assez ancien et un nombre inconnu de soldats de l’armée yéménite. Ils sont soutenus par l’Iran (pays chiite) et par la Russie qui réclame l’arrêt des frappes aériennes au Yémen.

Et ce n’est pas tout, puisque Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) contrôle avec Ansar (fondamentalistes sunnites) une partie du territoire yéménite normalement tenu par les loyalistes. Pour rappel AQPA avait revendiqué l’attentat contre Charlie Hebdo.

Pourquoi ce conflit est important ?

Parce que cette guerre qui est finalement peu traitée en ce moment par les médias est la représentation typique de la guerre froide actuelle. Il est aussi révélateur du conflit larvé entre les saoudiens et les iraniens, les wahhabites et les ayatollahs, conflit ravivé par la mort de nombreux ressortissants iraniens lors de l’affreuse bousculade de la Mecque.

Ce conflit est également une belle illustration de la position diplomatique occidentale : favoriser le sunnisme au Moyen-Orient et détruire l’influence chiite. Dernièrement, l’aviation de la coalition a bombardé un mariage. Selon nos informations, celui-ci se déroulait dans deux tentes en plein désert, le marié était un proche des Houthis. La bavure étant peu crédible, on peut aisément se demander qui la coalition arabe considère comme ennemi ou cible potentielle. Encore une fois les Saoudiens prouvent leurs grande crédibilité dans le domaine des droits de l’homme.

Tags:
yemen
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.