Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 28 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconActualités
line break icon

Comment un Américain a sauvé en mer plus de 3 000 migrants en deux mois

© MOAS

Hypeness - Publié le 16/09/15

Cet entrepreneur a investi des millions dans un bateau, deux drones et la création d'une ONG.

L’appel du pape François qualifiant de honte la mort de milliers de migrants au large de l’île de Lampedusa a été entendu par un couple italo-américain catholique vivant sur l’île de Malte. Tout a débuté pendant l’été 2013. Entrepreneur dans le secteur du renseignement et des assurances dans les zones de conflit, Christopher Catrambone faisait avec sa femme Regina une luxueuse croisière en Méditerranée, à proximité de l’île de Malte, quand leur vie, et celle de milliers d’étrangers, ont changé du tout au tout.

Dans la mer flotte un gilet de sauvetage. Christopher, s’informe, et prend conscience de l’ampleur d’un phénomène qu’il ignorait : des milliers de personnes tentent d’accomplir la traversée depuis l’Afrique et le Moyen-Orient et parmi elles beaucoup périssent en mer. La croisière continue, mais Cristopher Catrambone, confronté à cette douloureuse réalité, décide de consacrer la moitié de sa fortune à la création d’une ONG baptisée MOAS (Migrant Offshore Aid Station), dédiée au sauvetage de ces réfugiés.

Le couple américain a d’abord financé, sur ses propres fonds, la rénovation d’un ancien bateau de pêche de la Marine américaine baptisé Phoenix, puis acheté des hors-bord, deux drones, ainsi que tout le matériel de survie nécessaire. À bord, un équipage de volontaires, des spécialistes de la sécurité et une équipe médicale se tiennent prêts à intervenir : ils ont déjà sauvé plus de 3 000 personnes, des Syriens ou des Palestiniens pour la plupart, au cours des premiers mois d’opération en 2014. « Si vous êtes contre le fait de sauver des vies en mer, alors vous êtes intolérant et vous ne faites pas partie de notre communauté. Si vous permettez que votre voisin meurt dans votre jardin, alors vous êtes responsable de sa mort », affirme même Catrambone au Daily Mail.

L’entrepreneur, son épouse et sa fille passent l’été et une bonne partie du printemps à participer aux opérations de sauvetage. Lors de chaque mission, le bateau de leur fondation MOAS est immédiatement informé de la présence d’une embarcation clandestine en danger. Les deux drones interviennent pour contrôler la situation et poursuivre le sauvetage. Des canots pneumatiques, avec des bouteilles d’eau et des gilets de sauvetage, sont envoyés aux migrants qui montent ensuite à bord et sont pris en charge par l’équipage. Tous les passagers sont alors examinés par des volontaires de Médecins Sans Frontières (MSF). Puis les migrants sont transférés aux autorités gouvernementales, qui leur délivrent un visa d’entrée.

Contrairement à ce que pensent certains, le MOAS n’a pas l’intention de faire fonction de ferry jusqu’à l’Europe, mais de sauver des vies fuyant la guerre et des situations désespérées. « Et vous savez quoi ? Si un jour je deviens pauvre et que je suis à la rue, qu’il en soit ainsi. Mais maintenant voici ce que nous faisons. Et j’en suis fier ! Je ne regrette rien », se plaît à rappeler l’entrepreneur.

Catrambone pourrait boire tranquillement du champagne sur son yacht privé et jouir du soleil de Malte, mais il a décidé de foncer tête baissée dans cette situation particulièrement sensible de l’immigration en Europe. Malgré sa fortune, les opérations de sauvetage lui coûtent cher : « Les ressources destinées à cette opération sont épuisées », explique Christopher. Plus de 2 millions d’euros ont déjà été dépensés et la fondation MOAS a lancé un appel aux dons pour pouvoir mener à bien cet incroyable travail.

Adapté du portugais par Élisabeth de Lavigne

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement