Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Afghanistan : De jeunes écolières et leurs enseignantes empoisonnées par des islamistes

© Sandra Calligaro / DFATD | MAECD - CC
© Sandra Calligaro Training female teachers in Afghanistan opens the door for more young girls to go to school. Copyright/Permission to Reproduce ( http://www.acdi-cida.gc.ca/importantnotices#a1 ) ______________________ En formant des femmes enseignantes en Afghanistan, on encourage la fréquentation de l’école par les filles. Droit d'auteur et droit de reproduction ( http://www.acdi-cida.gc.ca/avisimportants#a1 )
Partager

Plusieurs centaines de jeunes filles et leurs enseignantes ont été intoxiquées par des fondamentalistes musulmans qui n'approuvaient pas leur activité scolaire.

Il existe des pays où étudier est un luxe et il y en a d’autres où « être femme et faire ses études » est synonyme de « mauvaise fille » et peut conduire à la mort. Ainsi, 134 étudiantes et enseignantes d’une école de filles à Hérat, dans le district d’Injil (Ouest de l’Afghanistan), ne sont pas passées loin de l’hécatombe.

Trouvées évanouies chez elles, à leur retour de l’école, elles ont été transportées à l’hôpital et ont pu être sauvées ; mais toutes rapportent les mêmes faits : avoir senti une mauvaise odeur dans la classe en entrant, puis avoir été prises de nausées et de vertiges…

D’après l’agence de presse afghane Pajhwok, rapportée par l’agence adnkronos, il s’agit de la troisième affaire d’empoisonnement par gaz toxique en quelques jours : 130 jeunes filles puis un groupe de 60 autres quelques jours plus tard dans une autres écoles du district d’Injil. Les élèves et enseignantes visées ont toutes entre 8 et 35 ans.

Attaques à répétition et mystère sur la nature du gaz utilisé

La colère et l’inquiétude des parents montent. Ils critiquent « l’indifférence » des autorités et demandent que soit « garantie au plus vite » la sécurité de leurs filles et que les responsables soient attrapés et punis. Ces violences sont perpétrées par des groupes fondamentalistes qui s’opposent à l’instruction des femmes.

Depuis plusieurs mois, ils multiplient leurs actions, en particulier dans l’Ouest du pays. Un haut responsable du conseil régional d’Hérat, Syed Azim Kubrzani, est même allé jusqu’à demander l’intervention de l’OTAN pour éclaircir la nature du gaz utilisé lors de ces attaques.

Durant le temps où ils étaient au pouvoir, entre 1996 et 2001, les Talibans avaient banni les jeunes filles des écoles. Aujourd’hui – après 13 ans d’intervention militaire de l’OTAN – ils mènent une guérilla contre le gouvernement en place et ne reculent devant aucun stratagème pour empêcher les femmes d’accéder à l’éducation, semant violences et terreur parmi elles.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]