Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

La prochaine visite du pape François aux États-Unis ravive la flamme du catholicisme hispanique

© Julie Jacobson - AP
Partager

40% des catholiques américains appartiennent à la communauté latino. Celle-ci sera bientôt majoritaire.

La visite du premier Pape latino-américain aux États-Unis, prévue du 22 au 27 septembre prochains, sera observée à la loupe par les analystes croit savoir l’hebdomadaire Our Sunday Visitor. Elle devrait donner une impulsion décisive au développement et à l’influence des Hispaniques ou Latinos au sein de l’Église catholique des États-Unis, et, bien au-delà, dans toute de la société américaine.

Une population en pleine croissance

Sur les 78 millions catholiques que comptent les États-Unis – il s’agit du troisième pays au monde en termes de nombre de catholiques – environ 40% sont d’origine latino, et l’on peut escompter qu’ils martèleront le pavé de Washington, New York ou Philadelphie pour acclamer le charismatique Pape argentin.

Hosffman Ospino, professeur au Boston College, espère que la visite de François marquera fortement les catholiques hispaniques des États-Unis, et tout spécialement les immigrés. « Le Pape nous comprend (…) et il partage notre foi – non pas une foi abstraite mais enracinée dans la culture », et, ajoute Ospino, « il comprend le catholicisme tel qu’il s’exprime et se vit en Amérique latine ».

Pour sa part, Diana Richardson-Vela, présidente de l’Association catholique des leaders latinos (the Catholic Association of Latino Leaders, CALL), affirmait : « Son message résonne en nous, les Hispaniques, parce qu’il est très proche de ce que nous sommes ». Et d’ajouter : « C’est un message pro-vie, et il nous incite à nous impliquer dans la justice et la paix ; le soin de la famille, des parents, des grands-parents, des anciens et dans le service des plus démunis ».

Pour les spécialistes, le message du Pape sera durable, car les Hispaniques vivant aux États-Unis, bien que nés sur le sol américain et parlant anglais, fondent leur identité sur la pratique de l’espagnol.

Un ministère en expansion

Selon une étude du Centre de recherche appliquée à l’apostolat (CARA) rattaché à l’Université jésuite de Georgetown (Washington, États-Unis), 6% de toutes les messes célébrées aux États-Unis, les dimanches comme les jours de semaine, sont aujourd’hui dites en espagnol.

« Cela (la visite d’un Pape parlant espagnol, ndlr) contribuera à la cohésion car dans de nombreux endroits aux États-Unis, l’Église est en fait une communauté bilingue », fait observer Hosffman Ospino à l’hebdomadaire Our Sunday Visitor.

Sur le sol américain, près de 25% des paroisses (4 358) possèdent une organisation de ministère pour les Latinos. Selon Richardson-Vela, cela confirme que « la foi change car la démographie hispanique change ».

Adapté de l’espagnol par Élisabeth de Lavigne