Aleteia

Jubilé extraordinaire de la Miséricorde : le pardon de Dieu sans limite

DR
Partager
Commenter

Le pape François a pris des dispositions inédites pour le pardon des péchés de tous.

Le pape François désire que l’indulgence jubilaire* soit pour chacun une expérience authentique de la miséricorde de Dieu, qui accueille et pardonne, oubliant entièrement le péché commis.

Le Saint-Père a donc pris des dispositions inédites concernant les blessés de la vie, ceux qui portent les cicatrices de leur faute. Ces dispositions ont été rendues publiques mardi par une lettre adressée au président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, Mgr Rino Fisichella, chargé de l’organisation du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde.

Des prêtres, véritables « Missionnaires de la Miséricorde », selon les termes de la Bulle d’indiction Misericordia Vultus promulguant l’année jubilaire, recevront l’autorité nécessaire pour pardonner les péchés d’ordinaire réservés au Siège Apostolique.

Ainsi, les péchés frappés d’une peine d’excommunication — qui ne peut être levée que par l’évêque — comme l’apostasie, les profanation des espèces eucharistiques (les hosties et le vin consacrés) ou la provocation d’un avortement, pourront être absous par de simples prêtres, désignés à cet effet.

Les disciples de Monseigneur Lefebvre pourront pardonner les péchés de tous

Le Saint-Père accorde dans sa lettre une place importante aux détenus ou aux femmes ayant vécu le drame de l’avortement, ainsi qu’aux membres de la fraternité sacerdotale Saint-Pie X (les disciples de Mgr Lefebvre) habilités par le Souverain Pontife à donner une absolution des péchés, valide et licite, à tous les fidèles.

Quand la porte de la cellule fait office de Porte Sainte

Les prisonniers pourront obtenir l’indulgence dans les chapelles de leurs établissements pénitentiaires et chaque fois qu’ils passeront la porte de leur cellule, en adressant une pensée et leur prière à Dieu.

Les malades et les personnes âgées et seules, qui ne peuvent pas sortir de chez eux, pourront obtenir l’indulgence jubilaire en recevant la communion ou en participant à la Messe et à la prière communautaire, ainsi qu’à travers les médias et en vivant avec une foi et une espérance joyeuse leur moment d’épreuve.

Tous les autres fidèles sont appelés à accomplir un bref pèlerinage vers la Porte Sainte, ouverte dans chaque cathédrale ou dans les églises établies par l’évêque diocésain, ainsi que dans les quatre basiliques papales à Rome.

Un pèlerinage qui devra s’accompagner du sacrement de la Réconciliation, de la célébration de l’Eucharistie, de la profession de foi et de la prière pour la personne du Pape et pour les intentions qu’il porte dans son cœur pour le bien de l’Église et du monde entier.

 

* L’Église peut octroyer les indulgences « en vertu du pouvoir de lier et de délier qui lui a été accordé par le Christ Jésus » (§ 1478 du catéchisme de l’Église catholique). L’indulgence libère seulement de la « peine temporelle » du péché et non de la « peine éternelle » c’est-à-dire de la privation de la « vie éternelle », de la communion avec Dieu.

L’usage des indulgences en faveur des défunts – les âmes du purgatoire – est particulièrement recommandée par l’Église (v. Catéchisme de l’Église Catholique). Cette démarche peut être accomplie pour les défunts de nos familles, nos amis comme nos ennemis ! Dans tous les cas — indulgence plénière ou partielle —, le fidèle doit être en « état de grâce », c’est-à-dire s’être confessé et avoir communié.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]