Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Le calvaire de sainte Gemma Galgani

DR
Partager

« Ses griffes étaient brutales ». L’histoire de sainte Gemma Galgani peut faire frémir mais renforce la confiance en Dieu.

Cette sainte italienne fut une mystique qui vécut des expériences mystiques merveilleuses. Dans une lettre adressée à un prêtre, elle écrivit : « Pendant deux jours, après avoir reçu la communion, Jésus me dit : ‘Prépare-toi, ma fille ; sur mes ordres, le démon va te déclarer la guerre’. Ces paroles résonnent constamment dans mon cœur. Priez pour moi, je vous en prie ».
Elle comprit que la prière était la meilleure arme contre les attaques du démon. Par vengeance, Satan provoquait de violents maux de tête pour l’empêcher de dormir. Cependant, malgré sa fatigue, Gemma persévérait dans la prière : « Quels efforts fait ce vaurien pour que je ne prie pas. Hier soir, il voulait me tuer, et il l’eût fait, mais Jésus est venu et m’a sauvée. J’étais effrayée et je gardais à l’esprit l’image du Christ ».

« Si vous l’aviez vu fuir en faisant des grimaces, vous seriez mort de rire ! »

Un jour que la sainte écrivait une lettre, le diable arracha la plume de sa main, déchira le papier et tira la sainte de la chaise où elle était assise, arrachant avec rage des mèche entières de cheveux avec « ses griffes féroces ». Dans une lettre, elle décrivit une autre attaque diabolique : « Le démon se présenta à moi comme un géant et me disait : ‘Pour toi il n’existe plus d’espérance de Salut. Tu es entre mes mains !’. Je lui répondis que Dieu est miséricordieux et que, par conséquent, je ne craignais rien. Il me donna alors un coup sur la tête et me dit : ‘Maudite sois-tu !’, puis il disparut ».

« Lorsque je retournai dans ma chambre pour me reposer, poursuit-elle, le démon était à nouveau là et il recommença à me frapper avec une corde à nœuds, et voulait que je crie que j’étais faible. Je lui répondis que non, alors il me frappa si fort que je tombai la tête la première par terre. À ce moment-là, je pensai à invoquer Dieu : ‘Père éternel, par le sang très précieux de Jésus, libère-moi’. Je ne me souviens pas bien de ce qui s’est passé. Ce cosaque de diable m’arracha de mon lit et me donna des coups à la tête si fort que j’en suis encore endolorie. Je perdis connaissance, puis je me réveillai. Grâce à Dieu ! »

Malgré ces attaques, sainte Gemma garda toujours la foi en Jésus. Et même, elle utilisait l’humour contre Satan. Un jour, elle écrivit à un prêtre : « Si vous l’aviez vu fuir en faisant des grimaces, vous seriez mort de rire ! Il est tellement hideux : mais Jésus m’a dit de ne pas avoir peur de lui ».

Adapté du portugais par Élisabeth de Lavigne