Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

La tentation de saint Antoine : quand l’amour de Dieu gagne contre le diable

DR
Partager

La tentation de saint Antoine raconte l’histoire d’Antoine le Grand, assaili par les démons, puis sauvé par son incroyable foi en Dieu.

Saint Antoine (IIIe-IVe siècles) sera l’un des premiers moines à se retirer dans le désert pour se consacrer au jeûne et à la prière. L’Église connaît son histoire grâce à son biographe, saint Athanase, l’évêque d’Alexandrie. « Lorsque nous visitions saint Antoine dans les ruines où il vivait, on entendait un vacarme, des milliers de voix et le choc des armes. De même, de nuit, venaient des bêtes sauvages, et le saint les combattait par la prière », raconte Athanase.

La nuit seul dans une tombe abandonnée

Un jour, saint Antoine, alors âgé de 35 ans, décida de passer la nuit, tout seul, dans une tombe abandonnée. C’est alors que vint une grande troupe de démons, qui le rouèrent de coups, le couvrant de blessures. Il resta comme mort, étendu sur le sol. Les griffes des démons l’empêchèrent de se relever. D’après l’ermite, la souffrance causée par cette torture démoniaque n’était comparable à aucune autre que peut faire endurer l’homme. Le lendemain, par la Providence de Dieu, un ami vint lui rendre visite et le porta sur ses épaules jusqu’au village le plus proche pour le faire soigner. Antoine revenant à lui, pria son ami de le ramener dans la tombe. Alors saint Antoine s’écria : « Voici Antoine en ce lieu. Je ne fuis  pas vos coups et aucune douleur ou torture, rien ne saurait me séparer de l’amour de Dieu ».

Saint Athanase relate que les démons prirent la fuite et voici ce qui arriva ensuite : « Les démons firent un tel vacarme que tout l’endroit en fut ébranlé et, renversant les quatre murs de la tombe, ils y entrèrent en foule, prenant la forme de toutes sortes de bêtes monstrueuses et d’affreux reptiles. Et tout le lieu se remplit de lions, d’ours, de léopards, de taureaux, de loups, d’aspics, de scorpions. Les lions rugissaient prêts à s’élancer ; les taureaux semblaient le menacer de leurs cornes ; les serpents s’avançaient en rampant en cherchant un lieu d’attaque et les loups rôdaient autour de lui. Tous faisaient un bruit épouvantable. Gémissant de douleur, saint Antoine affrontait les démons, se moquant : ‘Si vous aviez quelque pouvoir, un seul d’entre vous suffirait pour m’abattre ; mais comme le Seigneur vous a enlevé votre force, vous cherchez à m’effrayer par votre nombre. La preuve de votre impuissance est que vous en êtes réduits à prendre la forme d’animaux dépourvus de raison. Si vous avez quelque pouvoir contre moi, allez, attaquez-moi ! Mais si vous ne pouvez rien, pourquoi vous tourmenter inutilement ? Car ma foi en Dieu est mon rempart contre vous’.

Mais tout-à-coup, une éclatante lumière illumina la tombe ; à l’instant, les démons disparurent. Les douleurs cessèrent. Quand il comprit que Dieu venait à son secours, il pria : ‘Où donc étais-Tu, Seigneur ? Pourquoi n’as-Tu pas fait cesser plus tôt ces souffrances ?’. Dieu lui répondit : « Antoine, J’étais présent, à tes côtés. Mais j’attendais en observant ton combat. Et puisque tu as su résister avec tant de courage, Je serai désormais toujours à tes côtés et Je rendrai ton nom célèbre par toute la terre’. Ayant entendu les paroles du Seigneur, le moine se leva et pria. Il reçut alors une telle force qu’il ressentit dans son corps une vigueur plus grande qu’auparavant ».

Pour conclure, voici deux passages de la Bible qui vous feront mieux comprendre le contexte :

« Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable. Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair, mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres, les Principautés, les Souverainetés, les esprits du mal qui sont dans les régions célestes » (Eph 6, 11-12).

Et aussi : « Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer » (1 P 8).

Adapté du portugais par Élisabeth de Lavigne