Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Chine : Face à la campagne d’abattage des croix, la résistance des chrétiens prend de l’ampleur

© eda/Hsalon via Weibo
Partager

Dans la province du Zhejiang, le bilan de la campagne d’abattage des croix des lieux de culte chrétiens s’alourdit.

Quelque 1 200 croix plantées au sommet des lieux de culte ont ainsi été démontées ou déplacées, et plusieurs dizaines de lieux de culte détruits. Toutefois, la nouveauté n’est plus tant dans la conduite de cette campagne par les autorités provinciales – les premières croix ont été abattues en janvier 2014 – que dans la résistance opposée par les communautés chrétiennes. Unis dans une commune dénonciation de cette campagne, membres des Églises officiellement enregistrées ou fidèles des Églises "clandestines", catholiques et protestants osent dire ouvertement leur mécontentement, un mécontentement qui trouve des relais à l’étranger.

Le gouvernement en passe de perdre la bataille numérique

Sur le terrain, si la campagne se poursuit, les autorités semblent avoir perdu la bataille de la communication. En mai dernier déjà, les réseaux sociaux chinois s’étaient emparés d’une photo où l’on voyait une grue télescopique géante approcher son bras du sommet du temple de la communauté protestante Huzhen, dans la ville de Lishui (centre du Zhejiang) ; la nacelle de la grue semblait prête à saisir la croix surmontant l’édifice, une croix en proie aux flammes et surmontée d’une colonne de fumée noire. Sur le réseau social Weibo, les commentaires accompagnant la photo étaient sans équivoque : des officiels "mauvais" avaient mis le feu à la croix, faute de la détruire autrement. La réplique des autorités fut non seulement très tardive, mais peu plausible : début juillet, le Zhejiang Ribao ("Quotidien du Zhejiang") affirmait que la croix, "dangereusement proche" du paratonnerre, comprenait un système d’éclairage défectueux et avait "spontanément" pris feu.

Depuis le mois de juillet, les chrétiens du Zhejiang, qui constituent une minorité difficile à dénombrer mais conséquente de la population de cette riche province côtière, s’organisent pour opposer à la campagne "une désobéissance non violente et pacifique", ainsi que l’exprime un pasteur protestant de Wenzhou, principal foyer chrétien de la province

Lettre ouverte d'un évêque "officiel"

Cette résistance des chrétiens a pris plusieurs formes. Le 27 juillet, dans un geste aussi rare que remarqué, l’évêque "officiel" du diocèse catholique de Wenzhou, Mgr Zhu Weifang, a publié, avec 26 de ses prêtres, une lettre ouverte pour appeler "les catholiques chinois et toutes les personnes animées par un sens de la justice à ne pas rester silencieux et à élever la voix ensemble". Évoquant une "persécution qui se renforce", le prélat âgé écrit : "En tant que citoyens chinois, nous aspirons à une démocratie plus complète et à un véritable État de droit".

Avec plusieurs prêtres et derrière une banderole, Mgr Zhu est allé porter sa lettre aux autorités provinciales. En réponse, il lui a été signifié qu’il devait se taire, faute de quoi lui et les catholiques de Wenzhou pourraient se retrouver en prison. Selon un avocat chrétien de Wenzhou, cité par l’agence Ucanews, "les gens ont peur mais ils sont déterminés et ne veulent pas qu’on les fasse taire".

Occupations pacifiques des lieux de culte par les fidèles

Par ailleurs, pour s’opposer aux démolitions de croix, des fidèles occupent 24 h sur 24 leurs lieux de culte. Au nord de la capitale provinciale Hangzhou, dans le village Ya, du district de Huzhou, 22 protestants campent sur le toit de leur temple pour en empêcher l’accès aux forces de l’ordre. Des mesures d’occupation pacifique qui ne sont pas sans danger : le 8 août dernier, le typhon Soudelor a frappé Wenzhou et sa région, causant 33 morts, dont deux chrétiennes. Elles faisaient partie d’un groupe de quatre chrétiennes veillant jour et nuit sur leur église ; la nuit du 8 août, fatiguées de monter sur le toit du lieu de culte, deux d’entre elles, âgées de 77 et 81 ans, avaient choisi de dormir au rez-de-chaussée de leur église. Elles sont mortes noyées, emportées par une montée soudaine des eaux, dues aux pluies diluviennes. Lire la suite sur le site de l'agence d'information des Missions étrangères de Paris, Église d'Asie (eda/ra)

Légende photo : Mai 2015 : la croix de l’église Huzhen, à Lishui, en feu.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]