Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 28 mai |
Saint Germain de Paris
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Célibat : “On porte du fruit, quel que soit notre état de vie”

Single or divorced woman alone missing a boyfriend while swinging on the beach at sunset © Antonio Guillem / Shutterstock

© Antonio Guillem / Shutterstock

<a href="http://www.shutterstock.com/pic.mhtml?id=249465919&amp;src=id" target="_blank" />Single or divorced woman alone missing a boyfriend while swinging on the beach at sunset</a> © Antonio Guillem / Shutterstock

Blog Jeunes Cathos - publié le 23/08/15

Être trentenaire et célibataire, quand on ne l’a pas choisi, ce n’est pas toujours facile à vivre dans l’Église et dans la société.

Véronique Westerloppe, rédactrice pour Jeunes Cathos blog, a rencontré Claire Lesegretain, auteur du livre Être ou ne pas être célibataire (Éd. Saint Paul, 1998) et animatrice de sessions pour célibataires chrétiens, désireux d’avancer sur un chemin de fécondité.

"Depuis 15 ans, j’ai rencontré près de 2 000 célibataires, âgés majoritairement entre 30 et 45 ans. La plupart d’entre eux expriment une certaine souffrance par rapport à leur état de vie. Comme s’ils se sentaient responsables de leur situation…", raconte Claire Lesegretain, également grand reporter à La Croix et animatrice de sessions pour célibataires chrétiens désireux d’avancer sur un chemin de fécondité.

Ce livre, elle l’a écrit à 37-38 ans, alors que son célibat se prolongeait et qu’elle cherchait des livres, des moyens pour l’aider à vivre positivement cet état de vie. Ce fut l’occasion de rencontrer des célibataires ayant une vie riche, mais aussi des théologiens, des "psys", des sociologues ou des historiens… qui tous l’aidèrent à trouver un sens, une espérance pour elle et pour d’autres célibataires en souffrance.

Adhérer à son état de vie plutôt que le subir

Aujourd’hui, Claire Lesegretain, 56 ans, évoque la sortie de cet ouvrage, "quelques semaines après ses 40 ans", comme une "thérapie". Et comme une des étapes qui lui ont permis de faire le deuil de cette famille qu’elle aurait souhaité fonder. Il ne s’agit pas nécessairement de renoncer au conjoint attendu, mais plutôt d’avancer, ce qui suppose d’"adhérer librement à cet état de vie non choisi".

Pour ceux qui souhaitent mieux vivre leur célibat, Claire Lesegretain donne quelques pistes. "Une fois que l’on a adhéré à son état de vie présent, explique-t-elle, on peut prendre des moyens concrets : élargir son réseau amical ; repérer peut-être pour certains ce qui consciemment ou inconsciemment, empêche la rencontre et l’engagement avec l’autre sexe, ce qui peut se faire avec l’aide d’un thérapeute, d’un accompagnateur spirituel ou même parfois simplement d’un(e) ami(e) fiable ayant du discernement et de la sagesse." Lire la suite sur le blog Jeunes Cathos

Tags:
Célibat
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement