Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Israël : Des colons suspectés d’avoir tué un bébé palestinien dans un incendie

© Capture d'écran / Youtube - 6 medias
Partager

Dans la nuit de jeudi 30 au vendredi 31 juillet, des individus ont lancé des cocktails Molotov contre une maison palestinienne, faisant un mort et trois blessés graves.

Un bébé palestinien est mort brûlé vif au cours d’un incendie d’origine criminelle dans le village de Douma en Cisjordanie tôt vendredi matin, selon l’armée israélienne. Des extrémistes juifs sont soupçonnés d’en être à l’origine après que l’on a retrouvé des graffitis « Vengeance ! » en hébreu à proximité, ainsi qu’une étoile de David. Des photos sur lesquelles était inscrit en hébreu « Vive le roi Messie ! » ont aussi été diffusées. Des méthodes qui ne sont pas sans rappeler celles utilisées contre l’église catholique de la Multiplication des pains et des poissons il y a plus d’un mois – dans cette affaire, plusieurs extrémistes juifs viennent d’être inculpés.

Cette nuit, autour de 2 h du matin, à Douma, des cocktails Molotov ont été lancé par des colons israéliens selon des témoignages, contre deux maisons dans le nord du village, les embrasant entièrement. Des responsables palestiniens ont identifié l’enfant mort, qui était âgé de seulement 18 mois. Ils s’agit du fils de Saad et Riham, gravement blessés eux aussi, tout comme leur aîné de 4 ans, Ahmad. Ils ont tous trois été transférés d’urgence dans un hôpital en Israël.

Le drame qualifié « d’attaque terroriste » par l’armée israélienne

Saeb Erekat, le négociateur en chef palestinien, a dénoncé un « assassinat brutal » et déclaré qu’il tenait Jérusalem « entièrement responsable ». Pour lui, c’est « une conséquence directe de décennies d’impunité accordée par le gouvernement israélien aux colons hébreux ». Le Hamas, mouvement militant palestinien, a appelé à une « journée de colère » en réponse à l’attaque, ainsi qu’à la poursuite des affrontements autour de la mosquée al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a qualifié l’attaque « d’acte de terrorisme à tous les égards ». « L’État d’Israël adopte une ligne forte contre le terrorisme, peu importe qui en sont les auteurs, a-t-il déclaré dans un communiqué. (…) J’ai ordonné aux forces de sécurité d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour appréhender les meurtriers et les traduire en justice sans délai. » L’armée israélienne a quant à elle publié un communiqué ce matin intitulé « Attaque terroriste dans le village de Douma », utilisant ainsi un terme habituellement réservé à la violence perpétrée contre les Israéliens par des Palestiniens.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]