Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Le Pape aux étudiants : travaillez « pour cette terre qui crie vers le ciel »

web-pope-francis-4145-antoine-mekary_1436996781362 – fr

© Antoine Mekary / Aleteia

Philippe Oswald - publié le 20/07/15

Étudier est un "privilège" a dit le pape François aux étudiants de Quito (Équateur). Non pas pour vous procurer plus d'argent ou de prestige social mais pour vous mettre au service de vos frères.

Au cours de l’Angélus dominical du 19 juillet, le pape François a confié les fruits de son récent voyage apostolique en Amérique latine à la Vierge Marie, en rendant grâce pour "la foi qui y anime la vie et la culture du Peuple de Dieu". Cette dimension culturelle, trop souvent négligée par les chrétiens, est pourtant cruciale pour leur rayonnement dans la société. Relisons à ce sujet le discours au monde universitaire que le Pape a tenu le 7 juillet à Quito (Équateur) pour appeler professeurs et étudiants à la "responsabilité" face au "défi, personnel et social" de l’éducation. L’exemple indépassable en cette matière comme dans les autres, c’est le Maître : "Jésus ne cherchait pas à ‘faire le docteur’. Au contraire, Il veut atteindre le cœur de l’homme, son intelligence, sa vie, pour que celle-ci porte du fruit".

Cultiver l’esprit pour cultiver la terre

Non seulement le Créateur nous a donné "la vie, la terre, la création" mais Il nous "invite à prendre part à son œuvre créatrice". À l’homme, Il a donné des mains pour cultiver la terre, comme "un don destiné à être partagé ". Pour la cultiver et la protéger, comme le dit la Genèse : "L’un va de pair avec l’autre. Ne cultive pas qui ne protège pas et ne protège pas qui ne cultive pas".

Aujourd’hui, a souligné le pape François, en citant son encyclique, cette invitation s’impose à nous comme une exigence "en raison des dégâts que nous lui causons par l’utilisation irresponsable et par l’abus des biens que Dieu a déposés en elle. Nous avons grandi en pensant que nous étions ses propriétaires et ses dominateurs, autorisés à l’exploiter…" (Laudato si’, n° 2), la dégradation écologique étant "en rapport avec la dégradation humaine et sociale" (Laudato si’, n° 48) et la "culture du déchet".

Aujourd’hui, "se pose toujours encore, avec force, cette question de Dieu à Caïn : ‘Où est ton frère ?’. (…) Je demande à l’Université catholique : où est ton frère ? Dans ce contexte universitaire, il serait bon de nous interroger sur notre éducation face à cette terre qui crie vers le ciel".

Un esprit critique et ouvert sur le monde

Pour que les nouvelles générations puissent "chercher de nouvelles réponses aux défis multiples que la société pose aujourd’hui à l’humanité", encore faut-il que leurs esprits y aient été préparés : "Je me pose des questions avec vous, éducateurs : veillez-vous sur vos étudiants, en les aidant à développer un esprit critique, un esprit libre" capable de s’intéresser à la réalité qui les entoure ? "Pour cela, il faut les sortir des salles de cours, leur esprit doit sortir des salles de cours, leur cœur doit sortir des salles de cours."

La question de l’éducation et de la culture n’est pas confinée au monde universitaire : elle "nous concerne tous : les familles, les centres éducatifs, les enseignants : comment aidons-nous nos jeunes à ne pas considérer un diplôme universitaire comme synonyme d’un statut supérieur, comme synonyme de plus d’argent ou de prestige social ? (…) Comment aidons-nous à considérer cette préparation comme signe de plus grande responsabilité face aux problèmes de nos jours, face à la protection du plus pauvre, face à la sauvegarde de l’environnement ? Et vous, chers jeunes (…) savez-vous que ce temps d’étude, n’est pas seulement un droit mais aussi un privilège que vous avez ? Combien d’amis, de personnes connues ou inconnues voudraient avoir un espace en ce lieu et qui pour diverses circonstances ne l’ont pas eu ? Dans quelle mesure nos études nous aident-elles et nous amènent-elles à nous solidariser avec eux ?".

"Quel genre de culture désirons-nous ?"


En outre, il est nécessaire d’être "concret", de faire preuve d’esprit critique et de réalisme face à la globalisation du paradigme technocratique qui tend à croire que "tout accroissement de puissance est en soi ‘progrès’, un degré plus haut de sécurité, d’utilité, de bien-être, de force vitale, de plénitude des valeurs, comme si la réalité, le bien et la vérité surgissaient spontanément du pouvoir technologique et économique" (Laudato si’, n° 105).

Pour le Pape, il y urgence à choisir "quel genre de culture nous désirons ou voulons non seulement pour nous, mais aussi pour nos enfants et nos petits-enfants. Cette terre, nous l’avons reçue en héritage, (…) comment voulons-nous la laisser ? Quelle orientation, quel sens voulons-nous imprimer à l’existence ? Pour quoi passons-nous par ce monde ? Pour quoi luttons-nous et travaillons-nous ? (cf. Laudato si’, n° 160), pour quoi nous étudions ?".

Avec ces deux questions vitales : "Pour quoi cette terre a-t-elle besoin de nous ? Où est ton frère ?", c’est un regard de sagesse plutôt que de technique et de profit que le Saint-Père nous presse de poser sur le monde, pour "voir la réalité de façon organique et non fragmentaire (…) puisque tout ‘est lié’ (Laudato si’, n° 138)" dans une culture au service de l’homme et de la création, que le pape François appelle aussi volontiers une "écologie intégrale".

Tags:
culturePape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement